Afrique du Nord: Libye/accord de cessez-le-feu - Appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"

Réunion de la Commission militaire mixte libyenne à Genève.

Alger — L'accord de cessez-le-feu permanent en Libye, parrainé par l'ONU, continuait samedi de susciter les réactions de pays et organisations internationales, appelant les Libyens à s'engager de "bonne foi" à l'application des dispositions de cet "acquis majeur" en vue rétablir définitivement la paix dans leur pays.

L'Algérie, à l'instar d'autres pays concernés par une résolution pacifique de la crise libyenne dans le cadre des Nations unies, considère l'accord de cessez-le-comme "une véritable lueur d'espoir pour la réussite du processus de dialogue national inclusif en vue de parvenir à un règlement politique pacifique qui tienne compte de l'intérêt suprême de la Libye et de son peuple frère".

Par la même, l'Algérie rappelle sa position de principe "constante en faveur d'un règlement politique pacifique via le dialogue inter-libyen devant mener à l'établissement d'institutions politiques légitimes et unifiées, à travers des élections intègres, transparentes et fédératrices pour faire sortir ce pays frère et voisin de la crise".

"Au vu de sa position en tant qu'Etat voisin de la Libye avec laquelle elle partage des liens historiques et humanitaires étroits ainsi qu'en sa qualité de membre dans le processus de Berlin, l'Algérie ne ménagera aucun effort pour parvenir à une solution politique pacifique qui garantisse l'unité et la souveraineté du peuple libyen pour vivre dans la sécurité et la stabilité, loin de toute ingérence étrangère", conclut le communiqué.

Pour la Tunisie voisine, cet accord constitue "une étape importante vers la réalisation d'un règlement politique libyen global et permanent". Il s'agit, selon la diplomatie tunisienne, d'un "acquis majeur" car il "représente un pilier fondamental sur la voie de la réalisation du règlement politique souhaité" dans ce pays.

Par ailleurs, la Ligue des Etats arabes salue cette étape qu'elle qualifie de "réalisation nationale importante à même d'ancrer la sécurité et la stabilité dans toutes les parties de l'Etat libyen".

Il s'agit pour la Ligue arabe d'œuvrer notamment pour la tenue du Forum de dialogue politique inter-libyen que prépare la mission onusienne, dans le but de parvenir à un large consensus national pour achever la phase de transition en Libye et se préparer à la tenue d'élections présidentielles et législatives que le peuple libyen attend avec impatience".

Les Etats-Unis, eux, qualifient l'accord de "progrès majeur vers la réalisation des intérêts de tous les Libyens à la désescalade, la stabilité et le départ des combattants étrangers".

"Nous exhortons les acteurs intérieurs et extérieurs à soutenir la mise en oeuvre de bonne foi de l'accord", indique un communiqué de l'ambassade des Etats-Unis en Libye.

Pour la France, l'accord marque une "étape importante vers une Libye souveraine, stable et unie (...), a déclaré la porte-parole du Quai d'Orsay.

A l'annonce de la conclusion de l'accord de cessez-le-feu en Libye, vendredi, les Nations-Unies, l'Union africaine, l'Union européenne ont salué une étape importante dans le processus de stabilisation du pays en crise depuis 2011.

L'Union européenne (UE) a salué comme une "bonne nouvelle" l'annonce du cessez-le-feu en Libye et appelé à sa mise en oeuvre pour permettre la reprise des négociations politiques.

Les deux délégations de la Commission militaire mixte libyenne (5+5) ont signé vendredi à Genève, sous les auspices des Nations Unies, un accord de cessez-le-feu permanent en Libye.

La Commission militaire mixte libyenne est l'une des trois voies poursuivies par la Mission d'appui des Nations Unies en Libye, avec les voies économiques et politiques, afin de parvenir à une solution au conflit en Libye.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.