Ile Maurice: Plus de Rs 1 M retrouvées dans un magasin - Mohammad Shanawaz Yasine Caunhye nie faire du blanchiment d'argent

Arrêté mercredi et libéré sous caution jeudi, l'homme, qui est ressorti du poste de police de Moka, n'avait plus rien à voir avec le businessman toujours élégamment vêtu, qui s'est spécialisé dans la vente de meubles luxueux. Jeudi, Mohammad Shanawaz Yasine Caunye portait un t-shirt sur un pantalon informe et portait des savates.

C'est le 21 octobre qu'il a comparu en cour de Moka sous une accusation provisoire de Possession in proceeds of crime sous la section 3.1B de la Financial Intelligence Anti-Money Laundering Act. Pour être remis en liberté, il a dû s'acquitter d'une somme de Rs 50 000 et d'une reconnaissance de dette de Rs 150 000.

Il a été arrêté par l'ICAC la veille après que des policiers de l'Anti Drug and Smuggling Unit de la Western Division ont perquisitionné son magasin et découvert la somme de Rs 1 198 250 en liquide. Les policiers ont alors référé l'affaire à la commission anticorruption.

Lors de son interrogatoire au Réduit Triangle, le suspect était en compagnie de son avocat, Shailesh Seebaruth. Alors qu'au départ, il avait été dit que l'homme d'affaires justifiait la provenance de l'argent par le tuning de voitures, une source déclare qu'il a dit aux enquêteurs que cet argent provient de la vente des meubles de son magasin entre janvier et octobre. Nous avons tenté d'obtenir sa version mais l'homme d'affaires s'est désisté à la dernière minute.

Shanawaz Caunhye n'est pas inconnu des enquêteurs de l'ICAC. Il était dans leur viseur depuis l'année dernière et une perquisition a même eu lieu chez lui.

Son magasin de meubles de luxe n'attirait pas grand monde et pour cause, ses meubles sont hors de prix. Le mobilier le moins cher coûte Rs 170 000. Les enquêteurs ne comprennent pas comment son business peut être rentable quand il n'y a jamais grand monde dans le magasin et qu'il doit en plus s'acquitter d'un loyer élevé et de coûts d'opération énormes. L'ICAC soupçonne que le magasin du quadragénaire est un paravent pour le blanchiment d'argent de la drogue et qu'il serait le maillon fort d'un réseau.

Son nom a d'ailleurs été évoqué l'an dernier lors du démantèlement du réseau du trafiquant de drogue Ricardo Agathe. En septembre 2019, l'ICAC avait multiplié les perquisitions. Une fourgonnette appartenant à l'homme d'affaires avait été saisie chez l'un des suspects faisant partie d'un gang connu sous le nom de Ledent Platine. L'ICAC avait alors appréhendé six autres suspects dont le style de vie tranchait avec leur métier de maçon et d'aide-maçon. Les personnes arrêtées étaient Brian Labonne, Gaël Piron, Niven Thondee, Ashley Rose, Michaëlla Piron et Hansley Mootoosamy. Leur point commun était leur penchant pour le tuning de voitures. Lors des saisies de voitures modifiées en juin dernier, le nom du businessman était revenu à l'avant-plan. Sa maison a également été perquisitionnée mais les enquêteurs n'y ont rien trouvé.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.