Ile Maurice: Loto - Après avoir été escroquée, une gagnante priée de venir récupérer ses Rs 7 millions

Elle est priée de venir récupérer son gain au siège du Lottotech. C'est ce qui ressort d'un communiqué émis par le Police Press Office le vendredi 23 octobre. La grande gagnante du tirage du 18 mars dernier, devait toucher la somme de Rs 7 655 636. Sauf qu'elle a eu affaire à un boutiquier peu scrupuleux...

Pour rappel, le 26 août dernier, Rajiv Kumarsing Bheekam, un habitant de Phoenix, se rend, ticket en main, dans un bureau de Lottotech à Rose-Hill pour toucher le jackpot. Mais comme le veut la procédure, il est soumis à un exercice de due diligence et c'est à ce moment que l'employé de Lottotech se rend compte que le ticket ne lui appartenait pas. Pressé de questions, il a fini par avouer qu'il était dans la boutique tenue par son épouse lorsqu'une dame est arrivée avec son ticket. Lorsqu'il s'est rendu compte qu'elle avait joué la combinaison gagnante, il lui a remis

Rs 200 et a gardé le ticket. Il a été arrêté. Cependant, la gagnante est toujours attendue.

Dans le communiqué, la police rappelle que ceux qui tentent de toucher un prix à travers un acte frauduleux risque une peine d'emprisonnement ou une amende n'excédant pas Rs 500 000 sous l'article 146 (2)(d) de la Gambling Regulatory Authority Act 2007.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.