Congo-Kinshasa: Le «V» de Félix Tshisekedi

analyse

La cérémonie de la prestation des serments des Hauts magistrats de la Cour Constitutionnelle, du mercredi dernier, a eu la particularité de s'être déroulée dans des conditions qui n'avaient rien de classique.

Notons les absences des présidents du parlement, du premier ministre et de plusieurs ministres, des députés du Fcc et par contre la présence des militants de l'Udps- ayant exécuté l'hymne du parti cher à Étienne Tshisekedi wa Mulumba, d'heureuse mémoire- et surtout du signe « V » du Président de la République, pendant qu'il faisait son entrée dans la salle du Congrès.

Pas nécessaire de revenir sur le décor de la « Chaise Vide ». Nous revenons sur le chant militant de l'Udps et le « V » de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Le premier pourrait être un acte, du point de vue de droit, indécent dans le cadre et cérémonie officiels. Mais, politiquement compréhensible et acceptable. Le contexte a motivé une mobilisation tout azimut du côté UDPS. Les combattants ont envahi l'intérieur et l'extérieur du siège du parlement.

On ne saura pas estimer le nombre qui avoisinerait plus ou moins 50 000 personnes. Une façon de marquer leur présence était l'exécution de l'hymne du parti. Une victoire pour eux, car la majorité au parlement est manifestement hostile à leur pouvoir, à l'image de l'inélégance des deux présidents FCC.

C'est un message qu'ils voulaient faire passer. Et là, ils l'ont fait à leur manière. L'histoire retiendra. Comme qui dirait, nous sommes chez nous, désormais. Même au fond du cœur, le Président de la République l'a chanté.

Le deuxième acte évocateur de la chorégraphie politique inédite de la cérémonie, a été sans nul doute le « V » de Félix Tshisekedi. C'est pour la première fois que le chef de l'Etat pose ce geste dans une cérémonie hautement politique et officielle. Main droite levée avec le signe écartant le pouce et le majeur pour faire la lettre V.

Cela rappelle Etienne Tshisekedi wa Mulumba durant tout son combat. Et on reconnaissait les Tshisekedistes par ce symbole ou encore le « Munyere ».

Sans aller dans l'intimité présidentielle, cette attitude a un langage et constitue tout un message. Ce dernier est destiné aussi bien à la foule au Palais du Peuple qu'en dehors de son périmètre. Il est une réponse d'abord à tous ceux qui se sont opposés à la prestation du serment, à ceux qui contestent la validité des ordonnances nommant les 3 juges, à ceux de la coalition qui se considéraient comme « propriétaires » de la salle du Congrès, à ceux qui le prennent pour un « président délégué », dont le vrai se trouverait aux confins de Tshangu, à ceux qui le qualifie de naïf, et tutti quanti.

Felix Tshisekedi a voulu dire : « Je suis le seul maître à bord ». Aujourd'hui les hauts magistrats vont prêter serment devant moi et moi seul, sans énerver la constitution.

Je viens pour tourner la page de ceux qui ne veulent pas de l'indépendance de la justice. Cette victoire est symboliquement actuelle. Ceux qui disent qu'il a agit, en le faisant en chef de parti, vont réaliser que Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est fondamentalement UDPS et il le restera.

Donc c'est L'UDPS qui est au pouvoir, qu'il n'en déplaise à une majorité qualifiée de purement mécanique et que s'ils n'ont pas d'état d'âme, lui a l'âme de l'Etat.

Le « V » de la victoire veut aussi dire qu'il y aura une avant et une après prestation de serment. Son discours à la Nation est une suite logique. Désormais le maître des horloges, c'est moi. Je vais consulter pour imprimer une autre vitesse à la Nation au sein d'une union sacrée et non plus dans une coalition ayant du plomb dans l'air et montrer inéluctablement ses limites.

C'est comme en 1789, lorsque les manifestants ont pris la Bastille, la République française n'est plus revenue à la dictature. Et dire que la RDC va changer de cap.

Le « V » de la victoire résume le seul message du pilote qui est Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Comprenne qui pourra.

Veni Vidi Vici !

(Avec la Presse Présidentielle)

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.