Angola: L'ANEP approuve le report de l'enseignement primaire

Luanda — L'Association nationale de l'enseignement privé (ANEP) a jugé, dimanche, nécessaire et juste le report du retour à l'école dans l'enseignement primaire.

Vendredi dernier, le Gouvernement avait annoncé le report sine die du retour des élèves du primaire dans les salles de classe en raison de l'augmentation des cas de Covid-19 dans le pays.

Il était prévu pour ce lundi 26, la reprise des classes de l'enseignement primaire (de la 1ère à la 5ème), qui comprend la plus grande frange du système éducatif.

Dans le cadre de ce chronogramme préparé par le Gouvernement, les cours ont repris le 5 octobre, dans les classes de transition (6e, 9e, 12e et 13e classes).

À la même date, conformément à la stratégie de retour progressif, les cours ont commencé dans tout le système universitaire du pays.

Le retour aux classes d'élèves des 7e, 8e, 10e et 11e années du 1er et 2e cycle de l'enseignement secondaire a en revanche eu lieu lundi 19 dernier.

Dans cette nouvelle phase, les classes doivent être divisées en groupes de 20 élèves maximum. En primaire et en 1er cycle de l'enseignement secondaire, les cours durent 2h30, alors qu'en 2ème cycle du secondaire, ont durent 3h30. Dans ce format, il n'y aura pas de pause.

Selon le président de l'ANEP, António Pacavira, qui s'entretenait avec l'ANGOP, l'xécutif a pris la meilleure décision, veillant la protection de la population estudiantine, bien que cela ait de graves conséquences financières pour les agents du secteur de l'enseignement privé.

Selon le responsable, du point de vue sanitaire, la situation est assez préoccupante et la mesure est la seule ressource dont l'Angola dispose pour se défendre et se protéger contre une pandémie dangereuse et mortelle.

"En raison du rythme de la situation et de l'augmentation des cas, il ne nous reste que la création d'alternatives pour permettre aux enfants d'apprendre sans mettre en péril leur bien-être et leur développement psycho-social", a-t-il renforcé.

António Pacavira a appelé l'État à trouver des alternatives éducatives avec des partenaires, afin de maintenir une pédagogie active.

Le gestionnaire suggère la nécessité d'un effort pour acquérir des tablettes et des ordinateurs, réduire les prix des services Internet, les rendant plus accessibles aux parents et tuteurs, ainsi que la distribution de cahiers et fascicules.

Les cours en Angola ont été interrompus en mars, lorsque les premiers cas de Covid-19 sont apparus, comptant actuellement 9 026 cas positifs, dont 267 décès, 3 461 guéris et 5 298 actifs.

Les données disponibles indiquent que le pays compte deux mille écoles (primaire, 1er et 2ème cycle de l'enseignement secondaire), dont 666 à Luanda. Celles-ci ont un million 500 étudiants inscrits.

En général, le pays contrôle 18229 écoles (avec 97445 salles de classe fonctionnant dans l'enseignement général), avec plus de 10 millions d'élèves du primaire inscrits, 1er et 2e cycles de l'enseignement secondaire.

Le secteur compte 200 000 enseignants.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.