Cameroun: Minusca - Le 6e contingent camerounais de retour

Mission accomplie pour plus de 1 000 soldats et policiers camerounais du 6e contingent de retour de la Mission multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca).

L'hommage mérité leur a été rendu vendredi à la Cour d'honneur du Quartier général, au cours de la cérémonie de restitution de l'étendard, présidée par le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo. Le Mindef a transmis solennellement de vives et chaleureuses félicitations à ces personnels des bataillons et unités de police constitués « pour avoir fait honneur à notre drapeau national ».

Le 3 septembre 2019, ils avaient été investis de la mission de contribuer à la stabilisation de la République centrafricaine. C'était sur les mêmes lieux, au cours de la cérémonie de remise de l'étendard. Après un an passé sous la bannière des Nations unies en RCA, ces hommes et femmes sont de retour d'opération, avec le sentiment du devoir accompli. « Je vous réitère solennellement la reconnaissance de toute la patrie pour les efforts consentis en République centrafricaine, en pleine pandémie de Covid-19 », a reconnu Joseph Beti Assomo. Dans ces conditions difficiles, marquées notamment par les restrictions de déplacements, beaucoup de ces militaires, gendarmes et policiers sont restés longtemps éloignés de leurs familles. Face à cette bravoure, le Mindef a annoncé que le chef de l'Etat, chef des forces armées, a décidé d'améliorer les conditions de déploiement des soldats camerounais en RCA. Il a en effet marqué son accord pour le renouvellement intégral du matériel du contingent camerounais à la Minusca, afin de lui permettre d'accomplir efficacement sa mission.

Malgré ce tableau globalement reluisant, le Mindef a tout de même relevé quelques griefs à l'endroit du contingent placé sous le commandement du colonel Jean Paul Kankeu. Sa participation, a déploré Joseph Beti Assomo, a été émaillé par quelques récriminations et signaux négatifs. Ce qui a amené à remplacer le premier commandant du contingent. Par ailleurs, quelques dossiers « isolés » relatifs aux cas de prédation sexuelle ou d'autres dérapages sont également pendants devant les autorités onusiennes. En tout état de cause, le Mindef a rappelé que des mesures de discipline appropriées seront prises à l'endroit des soldats coupables d'actes répréhensibles. En outre, il a appelé les militaires au respect des procédures internes relatives à toute dénonciation et leur a demandé d'éviter des « attitudes tapageuses, dignes de syndicat civil ».

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.