Burkina Faso: Super Galian 2020 - Le Graal pour Tygah Cheick Sawadogo de Lefaso.net

Sur 378 œuvres journalistiques enregistrées à la 23e édition de la Nuit du communicateur, celles du journaliste Tygah Cheick Sawadogo de la plateforme en ligne Lefaso.net ont été jugées les plus méritoires. En plus du prix du meilleur reportage dans sa catégorie, il est reparti, en effet, avec le Super Galian, doté d'un chèque de 3 millions de francs CFA offert par le président du Faso et d'une villa d'une valeur de 20 millions de francs CFA du sponsor officiel, PNBF. Son sacre a eu lieu dans la soirée du 23 octobre 2020 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000.

Le meilleur parmi les meilleurs à la 23e édition de la Nuit du communicateur se nomme Tygah Cheick Sawadogo du journal en ligne Lefaso.net. « Terrorisme au Burkina Faso : A Titao, de la résilience en attendant la résistance » ; « Burkina : Djibo, la ville qui refuse de sombrer », sont les titres des deux œuvres qui ont convaincu le jury de lui décerner le prix le plus convoité de la cérémonie qui magnifie l'excellence au sein des hommes et des femmes des médias. Celui qui est monté sur la plus haute marche du podium a ainsi été auréolé d'un trophée, d'une attestation, d'un chèque de 3 millions de francs CFA offert par le premier des Burkinabè et d'une villa dont la valeur vénale est de 20 millions de francs CFA, fruit du partenariat avec la société de promotion immobilière PNBF, filiale du groupe PNHG.

Passé le moment d'euphorie, qui lui a fait perdre momentanément la parole, Tygah Cheick Sawadogo a eu une pensée « très spéciale » pour les populations des zones à risque que sont Djibo et Titao, des localités badigeonnées de rouge, comme pour traduire leur dangerosité. Mais lui, il s'y est rendu pour rendre compte du quotidien de leurs habitants. « J'ai une pensée spéciale pour le défunt député-maire de Djibo (ndlr : Oumarou Dicko), qui a accepté de me parler à l'époque et a été assassiné quelques mois après. Je prie Dieu que son âme repose en paix », a déclaré l'homme de la soirée.

Pour le successeur de Touwensida Hugues Richard Sama de L'Observateur paalga, ces distinctions sont une invite à mieux faire et une interpellation aux confrères à accepter de se rendre dans ces zones pour parler du vécu quotidien des Burkinabè qui y vivent et essaient dans la résilience, le courage et la dignité de maintenir haut les couleurs nationales. « C'est une invite à tous les journalistes, dans ces moments de douleur et difficiles pour notre pays, de se surpasser et à se redécouvrir cette vocation qui nous a amenés à embrasser le métier de journaliste », a ajouté celui qui dit s'être entouré de beaucoup de précautions et surtout avoir beaucoup prié avant d'aller en immersion, ce qui ne l'a pas empêché d'avoir des nuits blanches.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette « édition résiliente » des Galian 2020, qui devait être tenue en mai mais n'a pu l'être à cause de la pandémie de covid 19, a été marquée par une razzia des Editions Sidwaya dans la catégorie presse écrite. Le journal de tous les Burkinabè, à travers ses candidates et candidats, s'en est tiré à bon compte avec les prix de la meilleure enquête, du reportage, du dossier et de la photographie de presse (voir encadré : Palmarès officiel). Chacun des lauréats des prix officiels est reparti avec un trophée, une attestation et un chèque d'un million de francs CFA.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.