Ile Maurice: Quarantaine - Droit à la gratuité selon des critères inconnus

Plusieurs Mauriciens rapatriés de Dubaï le samedi 24 octobre ont pu voir la manœuvre. Un couple de passagers, âgés entre 40 et 45 ans, a été discrètement redirigé vers un transport séparé pour aller au centre de quarantaine gratuit dans le centre récréatif de Pointe-aux-Piments.

Selon les autorités, seuls les rares fonctionnaires revenant d'un voyage officiel ou des personnes dans des situations vraiment difficiles ont droit à la quarantaine gratuite. Or, selon des témoins, ce couple ne paraissait ni malade ni en difficulté financière.

Alors, se demandent ces témoins, sous quels critères ce couple a-t-il eu droit à ce traitement exceptionnel alors que d'autres sont dans une situation compliquée ? Et pourtant, au moins un des passagers avait fait une demande pour bénéficier de la quarantaine gratuite mais il n'a obtenu aucune réponse, alors qu'un représentant du pays à Dubaï lui avait fait la promesse qu'il ne paierait rien.

Nous avons tenté d'obtenir quelques explications des autorités concernées mais en vain.

Pas de distanciation sociale à bord des avions

Après toutes les précautions prises à Dubaï en termes de distanciation physique, les passagers en partance pour Maurice ont eu la désagréable surprise de se voir entasser dans un Boeing d'Emirates où le nombre de passagers dépassait de loin le nombre prescrit d'un tiers. Ainsi, une Mauricienne rapatriée et accompagnée d'un nouveau-né s'est vue encadrer par d'autres passagers venant d'Australie. Ces derniers se sont aussi demandé quel est l'intérêt d'avoir respecté toutes ces règles sanitaires en Australie et à Dubaï pour finalement se voir exposés dans l'avion. Rappelons que 20 travailleurs indiens ont été testés positifs parmi 150 passagers la semaine dernière. Et le docteur Catherine Gaud disait ne pas comprendre la raison de ce nombre élevé de contaminés au Covid-19 sur un seul vol...

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.