Gabon: Covid-19 - Dimanche agité devant les églises gabonaises qui voulaient rouvrir

Le dimanche était très mouvementé devant les paroisses de l'Église catholique. Le clergé a voulu ouvrir ses églises, fermées depuis mars pour lutter contre le coronavirus, sans l'autorisation du gouvernement qui prévoit la réouverture des lieux de culte au 30 octobre.

Dans le 6e arrondissement de Libreville, Mireille Medza est venue prier dans sa paroisse de Nzeng-Ayong. Elle est choquée par la forte présence policière : « C'est vraiment pathétique. Empêcher la maison de Dieu de s'ouvrir après six mois de fermeture, les autorités sont allées trop loin »

Jet de grenades assourdissantes

Dans un communiqué, la police a reconnu plusieurs interpellations, mais toutes les personnes ont été relâchées. Le commandant Alain Koumba Mouguengui, commissaire du Littoral, explique pourquoi des lacrymogènes ont été tirés dans la cour d'une paroisse d'Oyem, l'église Saint Charles Lwanga, au nord : « Le non-respect des mesures barrières et le refus de se disperser ont conduit à l'usage d'une réponse adaptée par le jet de deux grenades assourdissantes ».

Monsieur Ruffin Ngoubou, vicaire général, regrette ce qui s'est passé : « C'est vraiment dommage. Nous ne venons que pour prier. On ne peut pas empêcher les gens d'aller prier lorsqu'on sait que même quand on a tout perdu, parler à Dieu reste un droit légitime. »

Dimanche prochain, les églises pourront ouvrir, mais le clergé réclame aussi le retrait des mesures restrictives imposées par le gouvernement.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.