Afrique: La FAO et l'OIE lancent une initiative mondiale pour endiguer la propagation d'une maladie porcine mortelle

communiqué de presse

Propagation de la peste porcine africaine: gouvernements et professionnels du secteur s'unissent pour agir

Communiqué de presse conjoint FAO-OIE

26 octobre 2020, Rome/Paris,- Alors que la peste porcine africaine (PPA) se propage rapidement dans les pays et que la sécurité alimentaire et les moyens d'existence de certaines des populations les plus vulnérables de la planète sont touchés, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) appellent tous les pays et tous les partenaires à unir leurs forces pour contenir cette maladie porcine mortelle, dans le cadre d'une nouvelle initiative.

L'Initiative mondiale de lutte contre la peste porcine africaine, lancée récemment sous l'égide du Cadre mondial pour la maîtrise progressive des maladies animales transfrontières, aide les acteurs à tous les niveaux à coordonner et à renforcer les mesures de lutte, afin de minimiser les incidences de cette maladie complexe et difficile à éradiquer.

La FAO et l'OIE vont rassembler les gouvernements, les professionnels du secteur et les spécialistes, afin de présenter l'Initiative pour la première fois sur la scène internationale, dans le cadre d'une manifestation consacrée à l'appel à l'action (26-30 octobre 2020).

La propagation de la PPA ne montre aucun signe de ralentissement. Cette maladie contagieuse a entraîné la perte de plus de 7 millions de porcins en Asie depuis son apparition dans la région. Actuellement, plus de 50 pays d'Afrique, d'Asie et d'Europe sont touchés et les pays du continent américain essaient d'empêcher l'entrée de la maladie sur leur territoire.

«Notre objectif est d'empêcher la propagation et, à terme, d'éradiquer cette maladie, en s'appuyant sur les connaissances scientifiques, les meilleures pratiques et les normes internationales les plus récentes» a déclaré le Directeur général de la FAO, M. QU Dongyu, dans son message vidéo adressé aux participants. «Si cette maladie n'est pas maîtrisée, elle va mettre en péril la concrétisation des objectifs de développement durable» a-t-il ensuite indiqué, avant d'appeler toutes les parties prenantes à agir pour mettre un terme à la propagation de la PPA, promouvoir la santé et le bien-être des animaux et préserver les moyens d'existence des éleveurs.

«Aujourd'hui, aucun pays n'est à l'abri de la peste porcine africaine» a déclaré la Directrice générale de l'OIE, Mme Monique Eloit. «Le nombre de pays dans le monde qui signalent l'apparition de foyers à l'OIE continue de progresser. Il s'agit de la flambée épidémique animale la plus importante de notre génération.» Elle a insisté sur le fait qu'il fallait investir durablement dans les services vétérinaires et mettre en œuvre efficacement les normes internationales, en particulier celles qui portent sur la biosécurité et la surveillance, afin de parvenir à maîtriser la PPA au niveau mondial.

Le taux de mortalité de la maladie peut aller jusqu'à 100 pour cent chez les porcins sauvages et domestiques et il n'existe pas de vaccin efficace. Le virus ne peut pas infecter les humains, mais les élevages de porcs sont essentiels dans de nombreuses économies, ainsi que pour la sécurité alimentaire et les moyens d'existence de millions de personnes. Cette maladie mortelle continue de se propager et de provoquer encore plus de dégâts en raison des répercussions socioéconomiques du COVID-19.

Dans le cadre d'une manifestation en ligne qui durera une semaine, les représentants des gouvernements, les vétérinaires et les spécialistes du monde entier mettront en commun leurs connaissances et leurs expériences sur les outils, les approches et les recherches les plus récentes. Des actions coordonnées, qui seront menées dans le cadre de l'Initiative et qui s'appuieront sur des orientations pratiques adaptées aux besoins et aux contextes spécifiques, permettront de renforcer la résilience.

Appel à l'action

La PPA est une maladie complexe qui survit dans les produits porcins et l'environnement pendant de longues périodes, ce qui rend sa maîtrise et son éradication très difficiles. Les cas constatés chez les sangliers suscitent également des préoccupations non seulement en raison de leur rôle potentiel dans la transmission de la maladie, mais également en matière de gestion de la biodiversité et de la faune sauvage.

Un secteur ou un pays seuls ne pourront pas parvenir à maîtriser la PPA au niveau mondial. Dans le cadre d'un effort coordonné, tous les acteurs de la filière porcine qui rejoignent l'Initiative mondiale de lutte contre la PPA peuvent aider à:

protéger les moyens d'existence des communautés vulnérables;

préserver la santé et le bien-être des animaux;

contribuer à la stabilisation du secteur de l'élevage porcin, ainsi qu'à celle des prix de la viande et des aliments pour animaux dans le commerce régional et international et, donc, contribuer à la sécurité alimentaire;

faire en sorte que les populations aient accès à des aliments nutritifs, afin de permettre à tous de vivre en bonne santé et de promouvoir le bien-être.

Dans le cadre de l'Initiative mondiale de lutte contre la PPA, la FAO et l'OIE appellent les Membres et les partenaires à:

mener des analyses des risques au niveau national et à renforcer la gestion des risques, y compris la planification des interventions d'urgence, la prévention, la détection précoce, les interventions rapides et les politiques de compensation visant à contribuer au relèvement du secteur;

continuer à mener de nombreuses activités de sensibilisation à l'atténuation des risques liés à la PPA auprès des agriculteurs, des vétérinaires, des bouchers, des chasseurs, des fournisseurs d'intrants et des autres acteurs de la chaîne de valeur;

encourager et soutenir l'adoption de bonnes pratiques en matière de biosécurité, qui sont essentielles pour prévenir une propagation plus importante de la PPA;

poursuivre et renforcer les inspections aux frontières, afin de prévenir la propagation de la maladie entre les pays due aux pratiques illégales telles que le trafic de porcins, de produits porcins et d'animaux vivants lors des voyages et des migrations;

faire aboutir les recherches sur la PPA, afin de mettre au point et de valider d'éventuels vaccins, ainsi que les stratégies de vaccination correspondantes;

soutenir l'amélioration des diagnostics de laboratoire et des outils de dépistage rapide de la PPA;

élaborer une approche globale de la maîtrise de la PPA chez les espèces sauvages, qui prenne en compte tous les types de porcins;

encourager la solidarité et la coopération entre les pays qui ont différents niveaux d'expérience, de ressources et de capacités en matière de prévention et de maîtrise de la PPA;

encourager les partenariats public-privé visant à investir dans l'atténuation des risques et la gestion de la PPA.

Plus d'informations sur les actions menées par la FAO et l'OIE, sous l'égide du Cadre mondial pour la maîtrise progressive des maladies animales transfrontières, pour aider les pays à enrayer la propagation de la PPA.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.