Cameroun: Kumba - Une mission interministérielle attendue

La descente est prescrite par le président de la République pour apporter du réconfort aux familles des victimes, ses contours ont été définis au cours d'une réunion de crise présidée samedi soir par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion

Apporter le réconfort et l'appui du président de la République et de la nation camerounaise aux familles endeuillées par le drame de samedi dernier à Kumba. Tel sera le principal objectif de la délégation interministérielle que conduira dans cette localité du département de la Mémé, région du Sud-Ouest, le ministre de l'Administration territoriale, où des élèves ont été lâchement assassinés en pleine salle de classe samedi dernier. Par ailleurs, les différentes structures spécialisées en la matière, sous la diligence du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, ont été chargées par le Premier ministre, chef du gouvernement, sur instructions du président de la République, de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé dans les locaux du Complexe scolaire Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango à Kumba. Afin que leurs auteurs répondent de leurs actes devant la Justice. C'est ce qui ressort des 90 minutes de la réunion de crise présidée samedi en début de soirée dans la salle des Conseils de l'Immeuble étoile par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute.

Autour du chef du gouvernement, près d'une dizaine de membres de son équipe et assimilés. Au rang de ceux-ci, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, le ministre de l'Administration territoriale, Atanga Nji Paul, les ministres des Enseignements secondaires, Pauline Nalova Lyonga, de l'Education de base, Laurent Serge Etoundi Ngoa, de la Communication, René Emmanuel Sadi, le secrétaire d'Etat auprès du Mindef, chargé de la Gendarmerie nationale, Galax Etoga, le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé, le directeur général de la Recherche extérieure, Léopold Maxime Eko Eko,

« Il s'agit là d'un acte odieux dont le mode opératoire laisse penser qu'il serait orchestré par des bandes armées qui sévissent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », a déclaré le Premier ministre, chef du gouvernement. A l'ouverture de la réunion Pour Joseph Dion Ngute, « S'en prendre à des enfants innocents et des personnes non armées, traduit la lâcheté et la barbarie qui caractérisent ces individus ». Un acte qui, de l'avis du Premier ministre, chef du gouvernement, vise simplement à briser la dynamique observée dans la reprise des cours cette année dans les deux régions, « en décourageant les parents d'envoyer leurs enfants à l'école ».

Selon les statistiques communiquées à cette occasion par le Premier ministre, chef du gouvernement, ce sont environ un million d'élèves qui ont renoué avec l'école dans les deux régions depuis le 5 octobre dernier. Assistaient également à la rencontre, de proches collaborateurs du chef du gouvernement, dont le secrétaire général de ses Services, Magloire Séraphin Fouda et son directeur de Cabinet, Balungeli Confiance Ebune.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.