Cameroun: Poliomyélite - Le risque persiste

La prévention est à renforcer, selon les experts réunis vendredi à Yaoundé, à la veille de la célébration de la journée de lutte contre cette maladie le 24 octobre.

Tous unis pour une même cause : en finir avec la poliomyélite. A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre cette maladie paralysante, le 24 octobre dernier, les acteurs qui mènent la lutte au quotidien pour éradiquer définitivement la poliomyélite au Cameroun se sont réunis la veille à Yaoundé. Le Rotary Club de Yaoundé, en partenariat avec le Programme élargi de vaccination (PEV), l'OMS, l'Unicef et la Commission de certification d'éradication de la polio, ont marqué un temps d'arrêt pour faire l'état des lieux sur le plan national. Il en ressort que le Cameroun, bien qu'ayant obtenu sa certification de pays libre de poliovirus sauvage en juin dernier, n'est pas épargné pour autant.

Le risque de circulation du virus persiste, ce d'autant plus que d'autres types de poliovirus qui ne sont pas sauvages continuent d'arriver et de s'installer dans le pays, notamment dans les régions de l'Est, du Centre, du Littoral et du Sud. Afin de maintenir ce statut de pays libre de poliomyélite, de nombreuses campagnes de vaccination sont organisées chaque fois qu'il y a résurgence, le gouvernement ne lésinant pas sur les moyens pour l'éradication définitive. Pour ce, il investit d'énormes ressources dans la surveillance épidémiologique, la vaccination systématique, la communication en continu auprès des populations et l'engagement communautaire.

La dernière campagne vaccinale s'est déroulée en septembre dernier, et entre le 9 et le 11 octobre derniers dans six régions du pays les plus à risque (Centre, Adamaoua, Est, Extrême-Nord, Littoral et Nord). Le ministre de la Santé publique avait organisé cette campagne dans 117 districts de santé. Près de cinq millions d'enfants de 0 à 5 ans étaient ciblés par cette immunisation de masse. La poliomyélite est une maladie infectieuse causée par un virus envahissant le système nerveux et qui peut engendrer des paralysies irréversibles en quelques heures. Elle touche surtout les enfants en bas-âge. Considérant la gravité de la maladie, la vaccination systématique est plus qu'indispensable. D'où la nécessité de respecter le calendrier de vaccination.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.