Ile Maurice: Déplacements à l'étranger - Des Mauriciens incapables de se rendre en France et à La Réunion

Cela fait 23 jours que les frontières de Maurice ont été rouvertes pour accueillir Mauriciens, étrangers et touristes pour de longs séjours après une quatorzaine payante. De même, les Français et ressortissants européens sont autorisés à rentrer chez eux, avec un test PCR négatif et des documents nécessaires au déplacement malgré le fait que la situation sanitaire à l'île sœur et en France évolue rapidement vers le rouge. Or, ce n'est pas le cas pour les Mauriciens qui veulent se rendre à l'île de la Réunion et en France. Beaucoup se sont vu refuser une autorisation de départ pour diverses raisons.

L'express a mentionné le cas d'une patiente souffrant d'une maladie chronique et devant se rendre à l'île de la Réunion pour des traitements, à qui a été refusée l'autorisation d'embarquer pour Saint-Denis lundi dernier. En effet, cette patiente, qui suit des traitements depuis dix ans, doit s'y rendre deux fois par an pour un traitement qui n'est pas disponible à Maurice. Malgré leurs démarches et appels, la patiente et son père n'ont pu embarquer.

Plusieurs cas ont fait surface, concernant le fait de ne pouvoir se rendre en France pour raison familiale, médicale ou pour faire du tourisme. Des professionnels de santé, qui partagent leur temps entre Maurice et La Réunion, doivent voyager en jet privé. Selon un médecin du privé, une de ses collègues en quarantaine, qui travaille déjà à Maurice, ne peut rentrer à l'île sœur alors que son père a des soucis de santé. Elle a été informée qu'elle doit finir sa quarantaine avant de pouvoir repartir même si elle est régulièrement testée dans le cadre de son travail.

Plusieurs vols d'Air Mauritius sont partis après que les passagers ont obtenu le feu vert de la police des frontières vers La Réunion et la France. Or, vendredi dernier, la décision, tombée à trois jours du vol, a causé des grincements de dents, car de nombreux passagers se sont vu refuser l'embarquement sans motif apparent. Le transporteur aurait demandé que les passagers soient informés bien à l'avance qu'ils ne pourraient pas embarquer.

Selon une source autorisée à Air Mauritius, les passagers savent qu'il y a des restrictions d'entrée dans di- vers pays et territoires. «Pour la France et La Réunion, les Mauriciens doivent avoir un motif impérieux car le pays tombe sous les nationalités non autorisées à y entrer. On soumet la liste et, en fonction des cas, les personnes en sont informées», a souligné notre interlocuteur. En effet, lorsqu'un passager réserve un vol vers des pays comme la France, La Réunion, l'Inde et autres, des conditions lui sont imposées. Il faut qu'il puisse justifier son déplacement.

Au niveau des autorités locales, les pays étrangers ont leurs critères pour autoriser les Mauriciens à entrer sur leur territoire, tels que des tests et justificatifs de déplacement. L'ambassade de France affirme, elle, qu'il y a eu un fort taux de dossiers refusés pour le vol de lundi dernier pour La Réunion. Toutefois, ces personnes ont été recontactées pour essayer de décanter la situation. D'ailleurs environ 45 Mauriciens, dont certains refoulés, vont pouvoir prendre l'avion aujourd'hui pour l'île de la Réunion. Ils avaient été empêchés d'embarquer pour une question de timing, d'après une source bien informée.

Quant à la possibilité d'aller faire du tourisme, une réponse est attendue. Pour les autres destinations, il faut qu'il y ait un vol et que les passagers se soumettent à un protocole spécifique pour l'embarquement.

Ceux qui veulent faire du tourisme ou investir peuvent se rendre en France. Mais ces autorisations sont octroyées au cas par cas.

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.