Congo-Brazzaville: Parlement - Le Sénat rend un dernier hommage à Bienvenu Ewoko

La chambre haute du Parlement a rendu, le 24 octobre à Brazzaville, un dernier hommage à son secrétaire général, Bienvenu Ewoko, décédé le 12 octobre au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville.

Il ressort de la l'oraison lue Félix Okondja que Bienvenu Ewoko est né le 6 juillet 1956 à Bétou dans le département de la Likouala. Après ses études primaires et secondaires, il est inscrit au Lycée technique 1er mai où il obtient en 1976 le baccalauréat série G3.

Orienté à l'université d'Amiens, en France, il obtient successivement le diplôme d'études universitaires générales en 1980 et une licence de sociologie en 1981 puis une maîtrise en sociologie en 1982.

Poursuivant ses études à l'université des sciences et techniques de Lille 1, il prépare et obtient en 1983 le diplôme d'études approfondies en socio-économie du développement et, en 1987, le doctorat 3e cycle dans ce domaine.

Rentré au pays, il est chargé des cours de 1987 à 2001 puis enseignant permanent de 2001 à 2020 au département de sociologie, à la faculté des lettres, des arts et des sciences humaines à l'Université Marien-Ngouabi.

Bienvenu Ewoko fut cadre de la direction des études et de la planification au ministère de l'Agriculture et de l'Elevage de 1992 à 2001.

Il est ensuite conseiller administratif et juridique chargé des Droits de l'homme du deuxième questeur du Parlement de transition de 1998 à 2002. Et enfin secrétaire général du Sénat d'octobre 2002 jusqu'à ce qu'il tire sa révérence.

Au plan politique, Bienvenu Ewoko a été membre de l'Union générale des élèves et étudiants du Congo, de l'association des étudiants congolais et de la fédération des étudiants d'Afrique noire en France. En 1991, il prend part à la Conférence nationale souveraine en tant que membre de l'alliance des socio-démocrates pour le progrès. Il est par la suite membre de l'Union pour le redressement national du président Gabriel Bokilo dont il est le coordonnateur des activités politiques à Talangaï.

De 1992 à 1997, il participe à la coordination de la mobilisation et de l'organisation des activités politiques de l'alliance URD-PCT et Apparentés et des Forces démocratiques unies à Talangaï.

En 2002, il crée sa propre formation politique, le Mouvement humaniste pour la nouvelle citoyenneté, formation de la mouvance présidentielle qu'il fera en suite fondre dans le Parti congolais du travail (PCT) dont il est demeuré membre jusqu'à sa mort. Au dernier congrès ordinaire du PCT de décembre 2019, Bienvenu Ewoko était membre de la sous-commission « Doctrine du parti » de la grande commission d'organisation.

« Nous gardons de lui le souvenir d'un travailleur acharné, c'était un monsieur affable, travailleur. Un chef qui a su à quel moment réprimander les agents que nous étions, à quel moment nous porter conseil et à quel moment nous féliciter si nous avions fait un travail qui adhérait son assentiment. C'est une perte inestimable pour le Sénat et pour le Parti congolais du travail », a déclaré le chef de service des comptes rendus du Sénat, Guy Martin Abolawe. Bienvenu Ewoko laisse quatre enfants. Il reposera pour l'éternité au cimetière du Centre-ville.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.