Congo-Kinshasa: Vie des partis - L'ACC procède à la mise a niveau de ses cadres

L'action, qui est parmi les préalables au lancement effectif des activités de cette formation politique sur le terrain, constitue le dernier tournant pour ce grand évènement attendu d'ici peu.

L'Action concrète pour le changement (ACC) a organisé, avant sa sortie officielle prévue dans les tout prochains jours, une formation de ses cadres. Cette activité est la dernière de la série d'actions qui précèdent l'implantation de ce parti à travers la République démocratique du Congo (RDC), dans les prochains jours.

Le leader de ce mouvement, l'avocat Bienvenu Bumbwe, a fait savoir, lors de cette activité, que la particularité de la vision de ce parti politique, c'est qu'il veut avoir des cadres bien formés avec une formation politique de base et une maîtrise de la vision du parti pour éviter ce qui caractérise les militants de certaines autres formations politiques.

Une avalanche d'intervenants a défilé devant l'assistance pour les implémenter de la vision du parti concernant chaque domaine de la vie du pays. Le premier intervenant, le Dr Michel Wayi, a axé son exposé sur l'opportunité de la revalorisation de la main d'œuvre et l'expertise locale en vue de créer une classe moyenne. Il a, de ce fait, exhorté l'auditoire à devenir un peu plus regardant sur ces questions qui touchent directement à leur quotidien. Melchad Tao a, quant à lui, penché sur l'aspect économique du projet de société de ce parti politique. Pour lui, les autorités actuelles ont failli à leur tâche en ce qu'elles ont priorisé ce qui n'était pas prioritaire pour le relèvement du pays. Cet orateur a, en outre, convié ses pairs à ne pas s'assoupir sur des promesses politiciennes, lesquelles promesses retardent le développement du pays. Et de noter que la solution à cette crise est simple. « Il faut que l'Etat congolais favorise la production et l'exportation afin de permettre le rapatriement des devises étrangères », a-t-il tranché.

L'ingénieur Denis Tukuzu, le troisième intervenant, a peint le tableau de l'état des routes en RDC qui, d'après lui, constitue un frein au développement du pays. Il a, par ailleurs, démontré que les pays évolués sont ceux qui ont d'importantes infrastructure routières. Outre l'absence des routes praticables, Denis Tukuzu a également déploré le désintéressement des autorités sur cette vision qui relève de la survie du pays et de la cohésion nationale. Pour cet acteur politique, l'ACC, dès son accession au pouvoir, fera de cette solution son fer de lance.

Bienvenu Bumbwe, le dernier intervenant, a cogité sur les options politiques, administratives, diplomatiques et sécuritaires. Pour lui, la RDC doit recourir au fédéralisme pour son épanouissement et asseoir l'autorité de l'Etat en instituant une armée forte et dissuasive. La diplomatie, a-t-il indiqué, vient en appui à l'armée. Pour lui, le Congo ne sera pas respecté tant qu'il aura une armée faible. Bienvenu Bumbwe pense également que la police devrait aussi être fédérale. Et, toujours dans son élan fédéraliste, l'orateur taxe de faux fuyant le fait de voir la séparation derrière le fédéralisme. « L'ACC s'attelle à son implantation à travers le Congo profond et Kinshasa, avant son lancement dans les tout prochains jours », a-t-il rassuré.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.