Cote d'Ivoire: Seulement 40% des électeurs ont retiré leurs cartes

La Côte d'Ivoire vote ce samedi 31 octobre pour le premier tour de la présidentielle. Près de 7,5 millions de citoyennes et citoyens ivoiriens sont appelés à glisser leur bulletin dans l'urne. Ils avaient jusqu'à dimanche dernier pour retirer leurs cartes d'électeur. Mais moins de la moitié des électeurs inscrits se sont déplacés pour la récupérer. Une mobilisation faible qui pourrait s'expliquer par l'appel à la désobéissance civile et au boycott actif lancé par l'opposition.

Avec plus de 900 000 nouveaux électeurs inscrits sur les listes électorales, l'engouement populaire pour le scrutin présidentiel de cette année paraissait acquis. Mais le taux de retrait des cartes de seulement 41% semble indiquer l'inverse.

La Commission électorale indépendante a annoncé lundi 26 après-midi qu'ils ne sont que trois millions d'inscrits à avoir effectivement récupéré le précieux sésame au terme de la période de distribution des cartes.

La CEI avait effectivement constaté un ralentissement de remise des fameuses cartes. Un ralentissement qu'elle impute aux actes de désobéissance civile des militants de l'opposition, qui contestent toujours la légitimité de ce scrutin.

Pour Issiaka Sangaré, le secrétaire général du FPI du candidat Pascal Affi N'Guessan, ce faible taux de retrait montre que le mot d'ordre de l'opposition est respecté. Il estime même que la Commission électorale a gonflé son chiffre. La coalition d'opposition s'est réunie hier et le porte-parole a d'ailleurs appelé à étendre la désobéissance civile sur l'ensemble du territoire.

Notre désobéissance civile est pacifique et démocratique, notre objectif n'est ni de nous attaquer à qui que ce soit, ni de détruire quelque bien que ce soit. Nous appelons donc nos compatriotes à la mobilisation pour contrer Alassane Ouattara en étendant la désobéissance civile sur l'ensemble de la Côte d'Ivoire. Nous dénonçons par avance l'envoi d'observateurs pour observer une élection qui exclut tous les candidats (...).

Pascal Affi N'Guessan

Pierre Pinto

Il reste difficile d'estimer dans quelle mesure la participation au scrutin pourrait s'en trouver affectée. Mais la CEI rappelle que les cartes attendront les électeurs dans leur bureau de vote le jour J, et que le nombre de 22 000 bureaux de vote reste inchangée contrairement à ce qu'avait annoncé le président Alassane Ouattara dans une interview à l'hebdomadaire français le Journal du Dimanche.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.