Burkina Faso: Elections Couplées - Les acteurs s'engagent pour une campagne apaisée

Urne dans un bureau de vote

Les partis politiques, les formations politiques, regroupements d'indépendants, médias, organisations de la société civile et entreprises de publicité ont procédé à la signature du pacte de bonne conduite ce lundi 26 octobre. Ainsi les parties prenantes s'engagent à promouvoir la paix et à renforcer la culture démocratique au Burkina Faso.

Après avoir réussi le challenge de l'organisation des élections présidentielle et législatives couplées de 2015 qui a marqué la fin de la Transition politique, le Burkina Faso s'apprête à confirmer, aux yeux de la communauté internationale, son attachement à la paix et aux valeurs démocratiques, en faisant le pari d'organiser les mêmes types d'élections en 2020, dans un contexte différent et particulièrement difficile.

En effet, les élections du 22 novembre 2020 se tiendront dans un contexte de crises et de tensions, et la fragilité de ces moments commande que des garde-fous soient établis tant sur le plan comportemental que sur le terrain de la communication politique afin de permettre la tenue des élections présidentielle et législatives dans un climat social apaisé.

Pour Marcel Tankoano, président du Conseil supérieur de la communication, c'est en application des dispositions du code électoral et de la loi organique N° 015-2013/AN du 14 mai 2013, portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du CSC, que l'institution organise ,en période électorale, les conditions d'accès des partis politiques et candidats aux médias publics et privés sur la base des règles d'égal accès aux médias publics, de pluralisme et d'équilibre de l'information dans les organes, qu'ils soient publics ou privés.

Au-delà des dispositions législatives et réglementaires d'encadrement du discours politique électoral, indique-t-il, le pacte de bonne conduite est apparu au CSC, depuis 2002,comme un moyen juridique supplémentaire qui consacre l'engagement sur l'honneur des acteurs politiques ,médiatiques et de la société civile à conformer leur conduite aux aspirations profondes de la paix et de cohésion.

Le but ultime étant de faire en sorte que le discours politique électoral ne rompe pas l'harmonie de l'unité nationale.

« Il nous appartient, dans ces conditions, de relever le défi, en démontrant notre commune volonté de vivre ensemble, de transcender nos différences et nos intérêts individuels pour ne voir que l'essentiel : faire du Burkina un exemple de démocratie, de liberté et de valeurs humaines »,a-t-il dit.

Et d'ajouter que : « Nous sommes aujourd'hui à cinq jours de l'ouverture officielle des campagnes électorales.

Le monde entier nous regarde, ce qui commande que nous fassions de ces élections un exemple pour les autres pays qui nous observent et pour nous-même en tant que nation, patrie des hommes intègres »a-t-il lancé.

Le pacte de bonne conduite

En souscrivant aux valeurs contenues dans le pacte de bonne conduite, vous vous engagez :

-à inscrire votre discours dans le cadre d'une saine émulation des idées, c'est-à-dire à faire la critique des programmes politiques et des propositions visant à améliorer la gouvernance politique ,économique et sociale dans notre pays ; à cultiver le respect mutuel et la courtoisie entre adversaires politiques et entre acteurs du processus électoral ;à rejeter toute forme de violence et à accepter la différence ;à privilégier le dialogue et la concertation en cas de différend qui naitrait de vos rapports ;à respecter la loi et à utiliser ,le cas échéant, les voies légales de recours en cas de contestation des résultats ;à respecter et à faire respecter les consignes sanitaires et sécuritaires, notamment les restrictions de déplacement et des gestes et mesures barrières édictés dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid 19 ; à faire une saine utilisation des réseaux sociaux en y proscrivant les atteintes à la vie privée, et les incitations à la haine, au régionalisme et la stigmatisation ;à faire prévaloir les valeurs démocratiques tout au long du processus électoral et à œuvrer pour la sauvegarde de la paix, de la concorde et de l'unité nationale.

Concernant les médias et les agences de communication, le pacte vous engage de façon spécifique :

A travailler dans le respect de l'éthique et de la déontologie professionnelle ; à rester équilibrés vis-à-vis des candidats, regroupements politiques ou listes d'indépendants en compétition, non seulement dans la couverture des activités politiques sur le terrain, mais aussi dans le traitement de l'actualité liée aux éléctions, conformément aux prescriptions légales et réglementaires.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.