Sénégal: L'apaisement du climat social, cheval de bataille de l'Education nationale

Saly-Portudal (Mbour) — Le ministre de l'Education nationale, Mamadou Talla, a affirmé lundi que l'apaisement du climat est la plus importante des priorités énoncées de son département.

Dans le secteur de l'éducation, en application des onze directives issues du Conseil présidentiel sur les conclusions des Assises nationales de l'éducation et de la formation pour "une école pour tous, une école de qualité et une école viable, stable et pacifiée", le ministère de l'Education nationale a défini cinq priorités pour le prochain quinquennat.

"L'apaisement du climat social constitue la première des priorités en ce qu'elle conditionne toutes les autres", a t -il assuré.

Pour Mamadou Talla, "aucune pédagogie, aucune réforme, aucun effort ni investissement ne peut être rentable si l'espace scolaire n'est pas apaisé". Il présidait l'ouverture des travaux de la session pré-rentrée sur la promotion d'un dialogue social dans l'espace scolaire.

En présence de la présidente du Haut Conseil du dialogue social (HCDS), Innocence Ntap Ndiaye, il a souligné que la stabilité sociale représente un préalable à la réalisation d'un développement économique et social durable.

"Conformément aux orientations du chef de l'Etat, le président Macky Sall, la stabilité sociale est un préalable pour la réalisation d'un développement économique et social durable", a-t-il notamment dit.

Le ministre de l'Education nationale a remercié la présidente du HCDS et ses conseillers pour leur rôle de veille, d'alerte et de gestion des conflits qui, selon lui, a "grandement" contribué à pacifier le secteur social, principalement l'espace scolaire.

"Cette volonté politique du Chef de l'Etat explique, dans une large mesure, les nombreuses initiatives allant dans le sens de systématiser le dialogue social comme une condition du développement socio-économique dans notre pays", a fait valoir Mamadou Talla.

Le dialogue social, qui est à la fois moyen et stratégie managériale de gestion, constitue pour le Sénégal un "cadre institutionnel de gouvernance", a souligné le ministre. Il estime que cette approche induit des ruptures et des conduites de changement pour toutes les parties prenantes.

"Le dialogue social exige une implication de tous, à tous les niveaux. Mais aussi, pour qu'elle soit durable et efficace, elle suppose la reconnaissance et l'acceptation des rôles et responsabilités de chaque partie. C'est dans cet esprit que nous avons pu faire face ensemble à la pandémie de Covid-19", a-t-il expliqué.

Selon Talla, si les cours ont pu reprendre pour les classes d'examen, le Sénégal le doit, en grande partie, à "l'engagement et à la mobilisation de tous", principalement les acteurs impliqués dans les rencontres partenariales tenues dans le cadre du plan de résilience.

"Cette approche inclusive explique également l'innovation introduite cette année dans la co-organisation avec le HCDS de cette session pré-rentrée sur la promotion d'un dialogue social dans l'espace scolaire", a-t-il indiqué.

Il précise que la rencontre doit permettre, entre autres, de définir des "stratégies pertinentes" de suivi de la mise en œuvre du protocole d'accord du 30 avril 2018 signés par le gouvernement et les syndicats d'enseignants.

La rencontre doit "permettre d'identifier les modalités de redynamisation de la commission de gestion démocratique et de proposer un dispositif de suivi-évaluation".

Il s'agit également entre acteurs du système de "jeter un regard critique sur nos actions de 2020 et de proposer pour 2021 des perspectives contribuant à la réalisation des cinq priorités du secteur, gage de la réussite des apprenants", a dit le ministre.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.