Sahara Occidental: Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU

Inauguration d'une ambassade au Maroc

Dominique: Une proposition sérieuse et crédible

Arabie Saoudite: Un choix constructif visant à aboutir à une solution juste et réaliste

Emirats Arabes Unis: Une solution conforme à la Charte des Nations unies et aux résolutions de cette organisation

Comores: La solution de compromis conforme au droit international

La Dominique, Sainte-Lucie et Antigua-et-Barbuda ont réaffirmé, devant la quatrième Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, leur soutien au processus politique des tables rondes sur la question du Sahara marocain et à l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc comme solution à ce différend régional. "Ma délégation apporte son plein appui à l'initiative marocaine d'autonomie, qui est une proposition sérieuse et crédible", a affirmé, vendredi devant la Commission, l'ambassadrice représentante permanente de la Dominique à l'ONU, Loreen Bannis-Roberts.

L'ambassadrice s'est félicitée à cet égard de la tenue de deux tables rondes, en 2018 et 2019, avec la participation de l'Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et du "polisario", notant que l'accord exprimé par les quatre participants pour se réunir pour une troisième table ronde, dans le même format et avec les mêmes participants, est "un pas en avant très positif dans le processus politique". Cela est en effet conforme à la demande faite par le Conseil de sécurité aux quatre participants de rester engagés pendant toute la durée du processus politique dans un esprit de réalisme et de compromis pour assurer une issue positive, a-t-elle rappelé. Et d'ajouter que la Dominique se félicite de l'adoption de la résolution 2494 du Conseil de sécurité, le 30 octobre 2019, qui appelle à une solution politique réaliste, pragmatique et durable basée sur le compromis à ce différend régional.

"Cette résolution appuie pleinement le processus des tables rondes et ma délégation prie le prochain Envoyé personnel du Secrétaire général de poursuivre ce processus entamé par l'ancien Envoyé personnel, M. Horst Köhler", a souligné Bannis-Roberts. Elle s'est également félicitée de la participation des représentants élus du Sahara marocain aux séminaires régionaux du C24, estimant que la participation des élus du Sahara marocain aux deux tables rondes de Genève dans le cadre du processus politique est "une étape importante qui leur permet d'être pleinement impliqués à la fois dans la vie quotidienne sur le terrain et dans le processus politique".

L'ambassadrice a toutefois déclaré que son pays reste "préoccupé par la situation des populations dans les camps de Tindouf", soulignant l'impérieuse nécessité de procéder à leur enregistrement conformément au droit international humanitaire, au mandat du Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, aux recommandations du Secrétaire général de l'ONU et à l'ensemble des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2011, y compris la résolution 2494".

"La Dominique est convaincue que la résolution de ce différend régional contribuera à renforcer la stabilité et la sécurité dans la région sahélo-saharienne, qui est actuellement confrontée à des menaces sécuritaires considérables et croissantes, liées au terrorisme, à la criminalité transnationale organisée et aux trafics de tout genre", a-t-elle conclu. De son côté, l'ambassadeur représentant permanent de Sainte-Lucie à l'ONU, Cosmos Richardson, a réitéré devant la quatrième Commission la position de son pays en faveur d'une solution politique de compromis au différend régional sur le Sahara marocain.

L'ambassadeur de Sainte-Lucie a tenu, en outre, à saluer l'engagement du Maroc en vue d'une résolution de ce différend, "comme en témoignent les différentes initiatives entreprises par le Royaume, notamment en matière de lutte contre la pandémie de la Covid-19". Pour sa part, l'ambassadeur représentant permanent d'Antigua-et-Barbuda à l'ONU, Walton Webson, a exprimé "le soutien indéfectible" de son pays au processus politique en cours, appuyé par le Conseil de sécurité depuis 2007 et visant à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, fondée sur le compromis au différend régional sur le Sahara marocain, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité, y compris la 2494. Pour sa part, l'Union des Comores a également réitéré, vendredi devant la quatrième Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, son soutien à la marocanité du Sahara et à l'initiative d'autonomie comme solution définitive à ce différend régional artificiel.

L'Union des Comores exprime "comme à l'accoutumée la position qui a toujours été la sienne concernant la situation au Sahara marocain", a déclaré l'ambassadeur chargé d'affaires de l'Union des Comores à l'ONU, Ahmed Abdallah, affirmant que son pays est convaincu que l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc «est la solution de compromis conforme au droit international, à la Charte des Nations unies et aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité». L'Union des Comores, a poursuivi le diplomate, soutient le processus politique en cours, tenu sous les auspices exclusifs du Secrétaire général des Nations unies, sur la base des 16 résolutions adoptées par le Conseil de sécurité depuis 2007 afin de parvenir à "une solution politique, mutuellement acceptable et négociée au différend régional sur le Sahara marocain".

Il a ajouté que son pays se félicite également de la tenue de deux tables rondes entre l'Algérie, le Maroc, la Mauritanie et le polisario, et de l'accord de tous les participants de se réunir lors d'une troisième table ronde, dans le même format. M. Abdallah a en outre mis en exergue la demande du Conseil de sécurité aux quatre participants, notamment dans la résolution 2494, de rester engagés, en faisant preuve de réalisme et d'esprit de compromis, tout au long de la durée du processus politique de sorte qu'il aboutisse.

A cet égard, il a renouvelé le soutien de son pays aux dispositions de la résolution 2494 qui ont permis d'établir le processus des tables rondes en tant que seule voie pour parvenir à cette solution politique, appelant le prochain Envoyé personnel du Secrétaire général de reprendre là ou l'ancien Envoyé personnel, Horst Köhler s'est arrêté. Le fait de «parvenir à une solution politique de ce différend de longue date et à une coopération renforcée entre les Etats membres de l'Union du Maghreb arabe contribuerait à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel, comme le réaffirment les résolutions 2414, 2440, 2468 et 2494 notamment», a dit le diplomate comorien.

Il a également salué les investissements du Maroc dans le Sahara dans le cadre du modèle de développement des provinces du Sud lancé en 2015 pour "améliorer le niveau de vie de la population de cette région et l'autonomiser en bénéficiant des ressources dont elle dispose", rappelant que son pays a ouvert une représentation consulaire à Laâyoune «ce qui montre la volonté d'ouverture de cette région». Tenant compte du contexte sanitaire mondial, le diplomate comorien a salué également les efforts et les réalisations du Maroc dans la lutte contre la pandémie du Covid-19 au Sahara. «A ce titre, nous souhaiterions exprimer notre gratitude à Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui dans un élan de solidarité, a octroyé une aide en matériel médical et en médicaments à plusieurs pays africains dont l'Union des Comores», a rappelé le diplomate.

Il s'est aussi félicité de la participation ces dernières années de "représentants élus du Sahara marocain aux séminaires et aux réunions du C24 ainsi que leur participation aux deux tables rondes de Genève, dans le cadre du processus politique", tout en mettant en avant le renforcement du rôle des commissions régionales du Conseil national des droit de l'Homme à Laâyoune et Dakhla et de la coopération bilatérale avec le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme. M. Abdallah a en outre tenu à exprimer la préoccupation de l'Union des Comores quant à la situation des populations des camps de Tindouf. «Il est urgent et hautement nécessaire de procéder à leur enregistrement, conformément au droit international humanitaire, au mandat du HCR, aux recommandations du Secrétaire général des Nations unies et de toutes les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2011, y compris la résolution 2494», a-t-il insisté.

L'Arabie Saoudite a, elle aussi, réaffirmé, vendredi devant la quatrième Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, son soutien de longue date à la marocanité du Sahara et à l'initiative d'autonomie présentée par le Royaume, qui constitue "un choix constructif visant à aboutir à une solution juste et réaliste" à ce différend régional. "Le Royaume du Maroc frère a contribué avec sérieux et bonne foi aux efforts fournis sous l'égide des Nations unies pour aboutir à une solution durable à la question du Sahara marocain, et nous réaffirmons la position de notre pays soutenant et appuyant l'initiative d'autonomie présentée par le Royaume du Maroc frère, qui constitue un choix constructif visant à aboutir à une solution juste et réaliste", a déclaré, devant la Commission, l'ambassadeur représentant permanent de l'Arabie Saoudite à l'ONU, Abdallah Al-Mouallimi

QQQQQQQQQQQQQQQQQQL'ambassadeur a aussi tenu à saluer les efforts du Secrétaire général des NationsUnies "visant la reprise des négociations politiques relatives à la question du Sahara marocain, conformément aux paramètres établis par le Conseil de sécurité depuis 2007, notamment la résolution 2468 du 30 avril 2019 qui appelle à une solution politique, réaliste et durable à la question du Sahara basée sur le compromis".

L'Arabie Saoudite s'est également félicitée de la tenue des deux tables-rondes de Genève qui ont réuni le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie et le polisario, tout en soulignant l'importance du réalisme et de l'esprit de compromis entre l'ensemble des parties concernées, en ce sens que toute solution à ce différend ne peut intervenir que dans une atmosphère marquée par le calme et l'apaisement. L'ambassadeur a également insisté sur le plein respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du Royaume. M. Al-Mouallimi a, de même, salué les efforts consentis par le Maroc visant à réaliser le développement socio-économique dans la région du Sahara marocain, se félicitant à cet égard du programme de développement lancé en 2015 par le Royaume et la consécration d'une enveloppe de huit milliards de dollars pour l'amélioration du niveau de vie des populations du Sahara tout en leur permettant de bénéficier des ressources de la région.

Il a, de même, salué les réalisations importantes du Maroc dans le domaine des droits de l'Homme et son interaction avec les mécanismes internationaux des droits de l'Homme, ainsi que le rôle des commissions régionales du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) à Laâyoune et Dakhla, dont l'action a été saluée par le Conseil de sécurité dans l'ensemble de ses résolutions, y compris la 2468. Idem pour les Emirats Arabes Unis qui ont réitéré, vendredi devant la quatrième Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, leur soutien à la marocanité du Sahara et à l'intégrité territoriale du Royaume.

"Mon pays réitère sa position sur la question du Sahara marocain, en ce sens que mon pays soutient l'initiative d'autonomie présentée par le Royaume du Maroc en 2007 et qualifiée par le Conseil de sécurité de sérieuse et crédible", a déclaré le représentant de l'Etat des Emirats Arabes Unis, devant la Commission. Et de souligner que l'initiative marocaine d'autonomie "représente une solution importante conforme à la Charte des Nations unies et aux résolutions de cette organisation, tout en préservant l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc

Il a également salué "les efforts inlassables du Royaume du Maroc pour améliorer les conditions de vie des habitants du Sahara marocain, surtout dans le contexte de la pandémie du Covid-19". Le diplomate émirati a, de même, salué la tenue des deux tables rondes sur la question du Sahara marocain en 2018 et 2019, et appelé à poursuivre le soutien du processus politique lancé en 2007, sous l'égide exclusive du Secrétaire général de l'ONU et de son Représentant personnel.

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.