Madagascar: Lutte contre le coronavirus - « Il ne faut pas baisser la garde », dixit Tianarivelo Razafimahefa

Eviter une nouvelle vague du virus nécessite une prise de conscience, surtout dans le respect des mesures barrières.

Depuis le week-end dernier, la situation sanitaire dans plusieurs pays européens devient critique. Les autorités sont emmenées à durcir les restrictions face à une deuxième vague de la pandémie. A Madagascar , les autorités appellent à toujours rester vigilant pour éviter une nouvelle vague épidémique. Il ne faut pas baisser notre garde, a prévenu Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l'Intérieur et de la décentralisation, et non moins président du centre de commandement opérationnel Covid-19. « Il ne faut jamais oublier de respecter à la rigueur les mesures barrières », a-t-il rappelé. « L'Etat a fait de son mieux pour vaincre le virus durant des mois et les résultats de la lutte contre sa propagation sont palpables et impressionnants grâce à la mise en œuvre d'une stratégie efficace sous l'impulsion du Président de la République », a-t-il souligné. Mais « On ne peut pas encore crier victoire actuellement », poursuit-il.

Relâchement. Malgré la fin de l'état d'urgence sanitaire et la reprise de la vie quotidienne, la lutte contre le virus se poursuit. Les activités économiques et les écoles reprennent. Tous les services publics ont rouvert leurs portes depuis quelques semaines et, les agents publics ont repris le chemin du travail. « Il est donc nécessaire et important que les mesures barrières soient respectées au niveau de chaque établissement » selon Tianarivelo Razafimahefa. « Il faut se protéger, et protéger autrui pour éviter la transmission du virus », poursuit-il. Le relâchement, pourtant, est perceptible au niveau du respect des gestes barrières et de la distanciation sociale. Dans les transports publics, par exemple, le gel hydroalcoolique a disparu depuis des semaines.

Interpellation. Au niveau du ministère de l'Intérieur et de la décentralisation, les dispositifs de lavage des mains et le respect des mesures barrières sont renforcés. Dans la capitale, la préfecture de police a rappelé, hier, le port obligatoire des masques en public. Les forces de l'ordre, elles, vont se mobiliser pour veiller au respect de ces mesures barrières et de la distanciation sociale, a souligné Angelo Ravelonarivo, préfet de police d'Antananarivo. Hier, des centaines de personnes ont été interpellées dans plusieurs quartiers pour avoir manqué au respect des ces dispositions. Bien que le pays ait pu éviter la catastrophe sanitaire, il est temps, de prendre conscience de ce que la pandémie peut encore provoquer dans le pays, a soutenu, quant à lui, le ministre de l'Intérieur et de la décentralisation. Son premier passage a été dévastateur pour l'économie, selon ce membre du gouvernement.

Forces. La reprise sera focalisée vers le redressement. Les derniers mois n'ont pas été faciles pour tous, a reconnu le ministre de l'Intérieur et de la décentralisation. Et les mois qui viennent ne seront pas aisés non plus, étant donné l'ampleur du redressement qu'il faut engager sur le plan économique après le passage du virus. A ce sujet, « il faut unir nos forces, se donner la main, pour relever le défi », a appelé Tianarivelo Razafimahefa. « Il faut maintenant avancer pour rattraper le retard du développement et donc faire taire les querelles politiques ».

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.