Angola: Le syndicat s'indigne de la détention de journalistes

Luanda — Le syndicat angolais des journalistes (SJA) s'est indigné lundi de l'arrestation de journalistes qui ont couvert samedi dernier une manifestation contre la politique du Gouvernement.

Dans un communiqué, le SJA dénonce les arrestations successives et arbitraires de ces professionnels dans l'exercice de leurs fonctions.

Selon le syndicat, la détention de quatre journalistes et d'un chauffeur de Rádio Essencial, pendant plus de 48 heures, et de trois autres pendant quelques heures, de Zimbo et de l'Agence de presse France, constitue un manque de respect pour la profession de journaliste, mais aussi pour la Constitution elle-même.

"La Police nationale a une fois de plus donné un mauvais exemple pour une institution qui se veut républicaine et au service des citoyens", indique le communiqué.

Le SJA met au défi la Police nationale de justifier, conformément à la loi, les abus répétés de ses agents au droit des journalistes d'exercer la liberté de la presse, une garantie constitutionnellement garantie en Angola.

D'autre part, il tient à remercier le ministre des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale pour sa collaboration et ses efforts pour libérer les journalistes, qui ont été arbitrairement détenus.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.