Congo-Brazzaville: Thèse de doctorat - Aperçu sur l'impact des aides publiques au développement rural au Congo

La chercheuse Nicole Yolande Ebama vient de soutenir, le 26 octobre à Brazzaville, sa thèse en géographie rurale et économique. S'appuyant sur le cas du département des Plateaux, au nord du pays, l'auteure aborde la question de l'efficacité des aides publiques et privées en faveur des paysans, dont les résultats restent mitigés dans le monde rural.

La thèse de Nicole Yolande Ebama est pionnière en matière d'étude du développement rural en République du Congo. Elle présente l'organisation des paysages ruraux, le développement local des zones rurales, les principales activités agricoles, l'habitat et l'urbanisation. L'auteure a choisi le département des Plateaux comme terrain d'étude, en raison de sa position géographique, situé au centre de la République du Congo, de sa diversité culturelle et de ses activités agricoles.

La chercheuse qui désigne l'aide au développement rural comme une action volontaire par un acteur extérieur pour impulser le développement local et agricole, distingue à ce titre trois catégories de donateurs. Il s'agit tout d'abord de l'État à travers ses divers projets comme le Fonds de soutien à l'agriculture, le Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes rurales ; les partenaires au développement parmi lesquels la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) le FIDA (Fonds international de développement agricole) ; et les acteurs privés tels que les associations caritatives et politiques, les anonymes.

Elle a soulevé l'ambiguïté persistante quant à l'affectation des aides, les réalités opérationnelles et leurs impacts réels sur les activités de production, avec des chiffres à l'appui. Pendant longtemps, la conception de l'aide est limitée à l'apport financier et en assistance technique de la part des donateurs vers le monde rural. « L'aide est efficace si et seulement si les projets mis en place sur le terrain arrivent aux paysans ou améliorent le quotidien des bénéficiaires. Le département des Plateaux par rapport aux autres localités du pays n'a pas bénéficié de l'aide efficace », a estimé Nicole Yolande Ebama.

Durant ses enquêtes, l'universitaire a pu interroger 3360 paysans, dans douze catégories socio-économiques, répartis dans quatre localités du département des Plateaux. D'après le directeur de la thèse, le professeur Bonaventure Maurice Mengho, celle-ci dresse le bilan de l'ensemble des aides dont bénéficie le département des Plateaux de l'indépendance à nos jours. Elle questionne sur l'utilité de ce mode d'investissement en faveur du monde rural qui ne tient compte des réalités locales et dont les ressources budgétaires font l'objet de détournement.

C'est aussi l'avis du professeur Marc Louis Ropivia, président du jury et ancien recteur de l'Université Omar Bongo (Libreville), qui a souligné l'urgence de la modélisation des techniques d'intervention en milieu rural, l'amélioration de la production agricole pour assurer la sécurité alimentaire, la production diversifiée. « Il faut revoir les formes des aides apportées et le ciblage des bénéficiaires », a-t-il dit. La détérioration du monde rural est due à l'inadéquation des aides apportées, l'absence d'un mécanisme de suivi-évaluation, la mauvaise gestion et le détournement des subventions allouées.

À noter que l'auteure Nicole Yolande Ebama a validé sa thèse avec une mention très honorable et félicitation du jury. Sa thèse intitulée « Les aides publiques et privées au développement rural au Congo : l'exemple du département des Plateaux. Bilan et perspectives », est riche de 440 pages divisées en trois parties et neuf chapitres.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.