Cameroun: Enquête sur la séroprévalence - Au tour du Sud

L'opération a été lancée le 23 octobre dernier à Ebolowa.

Il est question de relancer la sensibilisation malgré les résultats encourageants enregistrés. L'initiative du ministère de la Santé publique (Minsanté) vise à jauger de façon plus efficace et efficiente la circulation du virus au sein des communautés. A Ebolowa, trois quartiers vont être soumis à cette enquête sur la séroprévalence du nouveau coronavirus. Il s'agit de New-Bell, Amang et Ebolowa-Si. Les trois sites se doivent de glaner les 1000 personnes attendues, considérées comme échantillon, représentant les tranches d'âge à partir de cinq ans et au-delà. L'objectif étant de prélever leur sang, pour estimer la prévalence des anticorps anti-SARS-Cov-2 à l'origine de la Covid-19.

Selon les explications du docteur Maurice Manga Ze, chef de brigade de contrôle des activités de soins à la délégation régionale Minsanté-Sud, il y aura des mobilisateurs sociaux qui vont aller au-devant des populations, afin de les sensibiliser et les encourager à venir se faire prélever. Des équipes seront sur place pour apprécier l'éligibilité des gens à prélever et d'autres vont procéder au prélèvement de leur sang.

La région du Sud, selon Alexandre Legrand Ngoucheme, secrétaire général des services du gouverneur du Sud, qui a procédé au lancement de cette campagne, vingt nouveaux cas déclarés positifs viennent d'être enregistrés ces deux dernières semaines dans la région. Ces cas viennent s'ajouter aux 638 cas connus jusque-là. Le Sud compte ainsi, à ce jour, 658 cas déclarés positifs. Au sein de la population, de nombreuses personnes porteuses du virus restent asymptomatiques et, pourtant, elles sont toutes aussi des vecteurs, parce que susceptibles de transmettre la maladie. Le secrétaire général des services du gouverneur de la région du Sud, Alexandre Legrand Ngoucheme en appelle à la forte mobilisation pour la réussite de la campagne.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.