Cameroun: Droit, frontières - La police se remet à niveau

L'évaluation de la première phase de cette mise à niveau des personnels de la police en collaboration avec la GIZ-Cameroun, s'est effectuée le 23 octobre à Yaoundé.

La première phase du projet de renforcement des capacités de la Délégation générale à la Sûreté nationale (DGSN) est arrivée à son terme. Occasion donc de faire le point de toutes les activités menées au cours de la première étape de ce projet mis en œuvre par l'organisme allemand de coopération GIZ-Cameroun, notamment dans les domaines de la sécurité aux frontières, des enquêtes criminelles, de la criminalistique et des ressources humaines.

Le 23 octobre dernier, à Yaoundé, l'atelier d'évaluation tenu à cet effet, et réunissant les responsables de la DGSN et de la GIZ, a également permis de relever les difficultés rencontrées et d'y apporter des solutions concrètes. C'est dans cette optique que se sont tenus lesdits travaux, présidés par le Secrétaire général de la DGSN, le commissaire divisionnaire Dominique Baya, au nom du délégué général, Martin Mbarga Nguele. C'était en présence de Christine Schuster, chargée de portefeuille de la GIZ au Cameroun, représentant le directeur résident de la GIZ.

Selon le commissaire divisionnaire Dominique Baya, l'apport de la GIZ dans cette première phase a contribué significativement au renforcement des capacités d'intervention des services de police, particulièrement dans le domaine de la police judiciaire et de la police des frontières. « Au nom du DGSN, je vous exprime toute notre gratitude pour ce soutien significatif et salue le sérieux et le sens de responsabilité ayant caractérisé les travaux », a martelé le SG de la DGSN. Pour toutes les parties prenantes, le but a été atteint. Place bientôt à la deuxième phase, dont le début est imminent.

Depuis 2009, la GIZ met en œuvre un programme au nom du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères pour soutenir le processus de réforme de la police en Afrique. A l'issue de ce projet, des postes de contrôle aux frontières ont été érigés pour améliorer la sécurité. Des formations sont en cours pour préparer et former des policiers à leur rôle spécifique de gestion des frontières. Le service des enquêtes criminelles est soutenu dans le domaine de la criminalistique par des actions de formation et la fourniture de matériel. Cela permet d'obtenir une preuve objective des procès, et de parfaire ainsi la sécurité juridique.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.