Cameroun: Bafoussam - Le clergé porte le deuil

Les hommes de Dieu ont élevé des prières dimanche à Bafoussam, pour prôner un retour à la paix, pour une sauvegarde de la famille et des principes humains.

Réunis au rond-point central du boulevard avenue Paul Biya de Bafoussam dimanche dernier, les hommes de Dieu ont élevé des prières contre ce qu'ils ont qualifié d'atrocités de Kumba. En plus de la grande affiche qui avait pour message central : « Nous condamnons avec toute notre énergie les atrocités de Kumba », il y avait d'autres messages autant poignants les uns que les autres. « Le sang doit cesser de couler » ; « Non aux enlèvements d'enfants » ; « La paix est plus forte que le tribalisme et les injures » ; « Il n'y a pas de vie sans famille » ; « Le sang de nos sœurs et frères maudit notre sol et crie contre nous. Arrêtons-nous et retournons-nous à Dieu », pouvait-on lire entre autres, ci et là.

Dénonçant les actes d'horreur qui circulaient à travers des images via les réseaux sociaux, les médias et entre les personnes, le Pasteur Marie Victor Tiozang, président de la région synodale de la Mifi de l'Eglise évangélique du Cameroun, a rappelé qu'il est important de savoir que c'est la famille qui sauvegarde la vie des hommes sur terre. Et une famille sans éducation, sans humanisme et sans amour contribue à coup sûr au désastre. D'où son interpellation : « Nous sommes parents. Kumba n'est pas loin d'une autre ville du Cameroun. Tout peut se produire partout à tout moment. C'est le temps pour l'Eglise et tous les autres, frères et sœurs de la Nation de se lever pour dénoncer d'abord de tels actes de barbarie, parce qu'il s'agit de nos frères et de nos enfants. On ne peut parvenir à une véritable justice qu'avec un regain d'amour pour les hommes qui sont en face de nous », clame le pasteur Marie Victor Tiozang.

Les pasteurs du Cercle des Eglises protestantes du Cameroun (CEPCA) ont élevé des prières pour crier à Dieu leur douleur, lui demandant de calmer les cœurs des familles meurtries par ces atrocités. « Des familles qui sont inconnues pour certains mais qui demain peuvent prendre les noms de nos familles », ont-ils fait remarquer. Tout en partageant la douleur des parents qui ont vu leurs enfants tués, les prières sollicitaient aussi au Seigneur une clémence, afin qu'Il ne laisse pas tomber la malédiction sur la Nation camerounaise.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.