Algérie: Energie - Nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen

Alger — Un nouveau mode de consommation énergétique du citoyen est nécessaire afin d'éviter le gaspillage de cette ressource ayant un impact sur les finances de l'Etat et sur celles du consommateur lui-même, a indiqué mardi à Alger le président du Conseil national économique et social (CNES), Reda Tir.

Intervenant à l'occasion d'une journée d'information consacrée à l'économie d'énergie, M. Tir a fait savoir qu'il est nécessaire pour le citoyen algérien d'adopter un nouveau mode de consommation bannissant le gaspillage de la ressource énergétique qui pèse sur les finances de l'Etat et du citoyen lui-même.

Le président du CNES a également fait observer que cet objectif ne doit pas constituer une problématique d'Etat uniquement, "car il s'agit d'y associer l'ensemble de la société à travers toutes ses composantes".

Présent à cette rencontre, le P-dg de Sonelgaz, Chaher Boulekhras, a estimé que "le CNES est le mieux placé pour évoquer ce sujet car il concerne tant l'aspect économique que social". Il a expliqué que le but est de passer des habitudes de consommation à un mode de consommation énergétique rationnel.

Selon M. Boulekhras, la transition énergétique n'est pas uniquement basée sur le renouvelable (ENR) et les hydrocarbures, mais aussi l'énergie non consommée, "que certains pays appellent la quatrième énergie"."Pour sa part, Sonelgaz a intégré une nouvelle stratégie intégrant la question centrale de l'économie d'énergie", a-t-il rappelé.Selon le même responsable, Sonelgaz a fait des efforts pour réduire le taux de perte énergétique passant de 17-18% à 12-13 % actuellement.

Lors du panel organisé au cours de cette journée, l'experte et ex DG de l'Institut algérien de la Normalisation (IANOR), Ratiba Chibani, a souligné la nécessité de normes en ce qui concerne l'économie d'énergie.

Elle a ainsi rappelé que les efforts mondiaux pour la maitrise énergétique ont été établis il y a de nombreuses années à travers la norme ISO 9001 "qui est une norme de certification où les entreprises intègrent la maitrise des processus et l'économie d'énergie".

Créer un organisme à activités normatives pour l'économie d'énergie

L'experte a en outre proposé de créer un espace élargi, à travers un organisme à activités normatives "réunissant des compétences des expériences et des ressources nécessaires".

Pour sa part, le directeur du développement industriel du Groupe Industriel des Ciments d'Algérie (GICA), Merzak Zeboudj, il a indiqué que le Groupe public prête une attention particulière à l'efficacité énergétique.

Selon M. Zeboudj, GICA effectue des audits énergétiques périodiques au sein de ses usines en collaboration avec l'APRUE. De plus, le Groupe industriel optimise l'utilisation de l'énergie électrique dans les processus de production et utilise des déchets comme combustible alternatif.

De son côté, le représentant de l'Agence nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l'Utilisation de l'énergie (APRUE), Kamel Dali, il a fait savoir que la transition énergétique est une nouvelle vision, "un changement de paradigme basé sur la sobriété énergétique, en mettant en œuvre un modèle énergétique flexible, en phase avec le développement de l'énergie dans le monde".Il a ainsi souligné la nécessité d'une loi sur la transition énergétique sur la base d'une consultation citoyenne.

"Un programme de maitrise de l'énergie est nécessaire en plus du programme de développement des ENR", a-t-il affirmé ajoutant que cela est appelé notamment par l'accroissement de la demande d'énergie à près de 7 annuellement.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.