Sénégal: Lendemains d'explosion d'une pirogue remplie de migrants en haute mer - La classe politique sort du bois

27 Octobre 2020

Moustapha DIAKHATE, Idrissa SECK et Abdoul MBAYE se prononcent sur la nouvelle vague d'émigration clandestine au lendemain de l'exploision d'une pirogue remplie de migrants en haute mer

MOUSTAPHA DIAKHATE, ANCIEN PATRON DE LA MAJORITE PARLEMENTAIRE : «Il faut qu'on ait une loi anti émigration clandestine»

Moustapha Diakhaté a plaidé pour une criminalisation de l'émigration clandestine. L'ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY) a invité l'Etat du Sénégal à prendre des mesures fortes pour mettre fin à ce fléau. « Depuis quelques jours ou depuis quelques moments ou quelques années, l'émigration clandestine est en train de tuer beaucoup de Sénégalais et notamment des jeunes. C'est pourquoi, je considère que le gouvernement du Sénégal doit prendre des mesures très fortes pour doter le pays d'un dispositif législatif, réglementaire et opérationnel pour pouvoir lutter efficacement contre l'émigration clandestine », a-t-il déclaré sur les ondes Rfm.

L'ancien ministre conseiller du président Macky Sall est d'avis que le Sénégal doit criminaliser l'émigration clandestine comme il l'avait fait avec le terrorisme. « Lorsque le terrorisme avait menacé le Sénégal, notre pays c'est doté d'une loi anti-terroriste, c'est pour cela je considère qu'il faut qu'on ait une loi anti-émigration clandestine », a-t-il proposé. Selon lui, « cette loi doit criminaliser l'émigration clandestine et doit permettre aux autorités administratives, à la police, aux autorités judiciaires de pouvoir combattre cette émigration, de pouvoir arrêter et condamner fermement ceux qui fabriquent les pirogues et les familles qui participent en donnant de l'argent à leurs enfants pour qu'ils prennent ces pirogues ».

IDRISSA SECK (REWMI) : L'État engagé à plus d'accompagnement

Le leader de Rewmi, Idrissa Seck, a réagi à la suite de la tentative d'immigration qui s'est soldée par un grave accident ce week-end au large de Mbour. Il a compati à la douleur des familles, mais aussi engagé l'État à plus d'accompagnement de ces candidats à l'exil. « Nous avons appris avec émoi la disparition de nombreux jeunes candidats à la périlleuse aventure du « Barça ou Barsakh », suite à l'explosion de leur embarcation en haute mer; nous présentons nos sincères condoléances aux familles et proches endeuillés. La recrudescence de l'émigration clandestine par voie maritime est un drame social qui nous préoccupe au plus haut point, peut-on lire dans le document qui nous a été transmis. Et de conclure : "Nous invitons l'État à plus d'accompagnement de la jeunesse afin que celle-ci se rende compte qu'elle peut bien réussir chez elle et que l'avenir qu'elle doit construire se trouve ici, en Afrique."

ABDOUL MBAYE(ACT), EX-PREMIER MINISTRE : "de grâce, retenez-les par l'emploi et l'espoir"

Abdoul Mbaye, ancien Premier Ministre du Sénégal et Président de l'Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), présente ses condoléances à tous ceux qui ont perdu des parents ou des connaissances lors de l'explosion et le chavirement d'une embarcation à destination de l'Europe. C'est un drame de plus sur la dangereuse route des Canaries. Vendredi 23 octobre, une dizaine de jeunes migrants ont disparu en mer, au large du Sénégal, à environ 80 km de Mbour (sud de Dakar), après l'explosion du moteur de leur pirogue. Le bilan pourrait être bien plus important, car la pirogue comptait quelque 200 jeunes candidats à l'exil, la plupart originaires d'un même quartier de la ville de Saint-Louis. "De grâce, ne les laissez pas partir vers le mirage et souvent la mort. De grâce, retenez-les par l'emploi et l'espoir. De grâce, cessez de désespérer nos jeunesses pas mal gouvernance, corruption et injustice. Nos condoléances les plus attristées aux familles des derniers disparus", a twitté Abdoul Mbaye qui a dénoncé la responsabilité de l'Etat.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.