Sahara Occidental: L'ONU appelée à agir afin d'éviter toute aggravation de la situation

Bruxelles — La Task Force de la Coordination des Comités européens de soutien au peuple sahraoui (EUCOCO) a exprimé mardi sa solidarité envers les manifestants sahraouis qui depuis le 19 octobre dernier protestent le long du "mur de la honte" et devant la brèche illégale d'El Guerguerat, appelant l'ONU à agir en urgence afin d'éviter toute aggravation de la situation actuelle.

"Ces manifestants protestent pacifiquement face à l'armée marocaine qui occupe illégalement le Sahara occidental depuis 1975", a soutenu la Task Force dans un communiqué de presse, soulignant que "ces actions non violentes dénoncent le blocage du plan de paix de l'ONU ainsi que l'occupation militaire du Sahara occidental et le pillage illégal de ses ressources naturelles".

La Task Force a indiqué dans son texte qu'elle "soutient le choix du peuple sahraoui de protester pacifiquement, expression de la déception et de la frustration accumulées depuis 30 ans de promesses non tenues de la part de la communauté internationale et, en particulier, du Conseil de sécurité des Nations Unies".

En effet, explique la Task Force, "c'est grâce à cette brèche que les forces d'occupation pillent les ressources naturelles du Sahara occidental et les acheminent vers d'autres pays africains".

Lire aussi: Sahara occidental/Mehaires : des manifestants réclament leur droit à l'autodétermination

Cette brèche est un passage à travers la "Berm", le mur de ségrégation, construit illégalement par l'armée marocaine dans les années 80, Berm truffée de plus de 6 millions de mines antipersonnel, séparant les Sahraouis les uns des autres, a dénoncé la Task Force qui a appelé les Nations Unies au respect de leurs obligations et à agir en urgence afin d'éviter toute aggravation de la situation actuelle.

Des dizaines de citoyens sahraouis, toutes franges confondues, ont organisé des manifestations ces derniers jours devant la brèche d'El Guerguerat située à l'extrême sud-ouest du Sahara Occidental, pour demander à la Minurso d'assumer sa responsabilité face à l'obstination du système marocain, exigeant la fermeture immédiate de ce passage illégal.

Les manifestants avaient appelé à mettre un terme à la souffrance inacceptable du peuple sahraoui face au silence de l'ONU notamment dans les villes occupées. Ils ont exigé également le retrait immédiat des troupes

des territoires sahraouis occupés et de dévoiler le sort des disparus ainsi que la libération de tous les prisonniers civils sahraouis détenus dans les geôles marocaines.

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.