Maroc: Signature de six accords de coopération entre le Maroc et le Tchad

Nasser Bourita: Nos deux pays ont une vision commune sur la préservation de la paix au Sahel

Le Maroc et le Tchad ont signé, lundi à Rabat, six accords de coopération dans les domaines de la diplomatie, de l'agriculture, de l'énergie, de l'information et communication, de la culture et du tourisme visant à renforcer davantage les échanges d'expériences et d'expertises entre les deux pays. Ces accords de coopération ont été signés par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, et son homologue tchadien, Amine Abba Siddick, actuellement en visite de travail dans le Royaume, la première du genre depuis sa nomination en juillet dernier. Le premier accord vise la suppression des visas pour les détenteurs des passeports diplomatiques, de service et spéciaux des deux pays. Le deuxième texte est un accord-cadre de coopération qui a pour but d'établir le cadre général de la coopération dans les domaines de l'agriculture et de l'élevage.

Le troisième accord-cadre de coopération vise le développement des secteurs de l'énergie et des mines, à travers l'échange d'expériences et d'expertise entre les deux parties. Les deux parties ont aussi signé une convention de coopération en matière de formation dans les domaines de l'information, de la communication et des sciences de l'information documentaire. Elles ont également signé un mémorandum d'entente et de coopération dans le domaine de la culture, ayant pour objectif de renforcer les échanges culturels par le rapprochement des institutions culturelles des deux pays et l'encouragement d'établissement de conventions de coopération entre elles. Le Maroc et le Tchad ont signé, par la même occasion, un mémorandum d'entente de coopération dans le secteur touristique qui vise à renforcer l'échange d'expérience et d'expertise dans ce domaine.

La signature de ces accords traduit la volonté des deux pays frères et amis de renforcer davantage leur coopération, notamment dans les domaines économique et culturel, a souligné Amine Abba Siddick lors d'un point de presse tenu à l'issue de ses entretiens avec son homologue marocain. Le chef de la diplomatie tchadienne a également rappelé que son pays n'a plus aucune relation avec la pseudo-RASD depuis que le gouvernement tchadien a décidé, en mars 2006, de retirer sa reconnaissance de cette entité fantoche. Il a aussi souligné que son pays avait, face à ce différend qui empoisonnait les travaux de l'Union africaine, défendu le principe selon laquel le règlement du conflit autour du Sahara doit se faire exclusivement dans le cadre de l'ONU.

Aline Abba Siddick a réaffirmé, en effet, la position de son pays, exprimée par le président tchadien, Idriss Déby Itno devant l'Assemblée générale de l'ONU, en soulignant que ce conflit doit être résolu dans le cadre d'un processus politique exclusivement onusien. Le ministre tchadien a également salué les positions impartiales du Maroc. "Grâce à la détermination de S.M le Roi Mohammed VI et du Président Idriss Déby Itno, les deux pays frères et amis partagent des points de vue communs sur les questions de la sécurité en Afrique", at-il souligné.

Il a, par ailleurs, relevé que son pays "a pris note de la proposition marocaine d'autonomie et se félicite des efforts sérieux et crédibles du Maroc pour aller de l'avant vers un règlement de la question du Sahara". La République du Tchad soutient les efforts "sérieux et crédibles" du Maroc pour aller de l'avant vers un règlement de la question du Sahara, a-t-il noté. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a déclaré que "le Maroc et le Tchad ont une appartenance commune au Sahel. Ils ont ainsi une responsabilité et une vision communes. Cette appartenance nous confère une attache symbiotique à la préservation de la paix et la promotion du développement dans notre sous-région".

Le Tchad joue un rôle important dans la région du Sahel, a-t-il souligné, estimant que l'apport militaire et sécuritaire de ce pays est fondamental pour la préservation de la stabilité dans cette région et la lutte contre la menace terroriste, notamment autour du lac Tchad. Qualifiant la visite du ministre tchadien de "fructueuse et de bon augure" pour l'avenir des relations bilatérales, dans la mesure où elle a permis d'ajouter de "nouveaux jalons à un partenariat déjà solide entre les deux pays frères", Nasser Bourita a fait savoir que les deux parties ont pu échanger sur plusieurs questions d'intérêt commun et exprimer leur détermination à renforcer la coopération bilatérale.

Ces entretiens ont été aussi l'occasion de soulever la coordination entre les deux pays au sein de l'Union africaine (UA), le rôle important joué par le Tchad dans le processus du retour du Royaume à l'Union et la présence du Maroc au sein des instances de l'UA, a-t-il indiqué, notant que les deux parties ont convenu de renforcer cette coordination pendant les étapes à venir. De même, les deux pays ont un cadre juridique très riche et la signature aujourd'hui de six accords de coopération dans plusieurs domaines vient consolider ce cadre, s'est félicité Nasser Bourita, faisant savoir qu'une mission multisectorielle devrait se rendre prochainement à N'Djaména, la capitale tchadienne, pour renforcer la coopération entre les deux pays, notamment dans le domaine de la formation professionnelle.

"Le Maroc suit avec un grand intérêt toutes les actions menées par le Président (tchadien, Ndlr) pour renforcer la stabilité du pays et l'inscrire sur la voie du développement dans le cadre du programme Tchad-2030", a-t-il relevé, soulignant que le Maroc, conformément aux instructions Royales, s'est engagé à accompagner le Tchad sur cette voie.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.