Cameroun: Un appel pour la fin de la crise anglophone

27 Octobre 2020

L'attaque d'une école à Kumba met en lumière la crise entre Yaoundé et les sécessionnistes. Pour les signataires de la lettre ouverte, l'heure est grave.

Une trentaine d'organisations, dont l'Action mondiale pour la paix et la justice au Cameroun, ont publié une lettre ouverte réclamant une solution politique à la crise anglophone. Ces organisations réagissent ainsi à l'attaque d'une école à Kumba, samedi dernier, dans laquelle sept écoliers ont été assassinés.

Les signataires de la lettre ouverte regrettent que le gouvernement camerounais ait exhorté les élèves et enseignants des zones anglophones à retourner dans les classes, "tout en offrant peu de protection pour leur sécurité".

Les enfants victimes de la crise

Christopher Fomunyoh, militant au sein de l'Action mondiale pour la paix et la justice au Cameroun, dénonce le fait que les enfants soient les victimes de la crise anglophone. Il affirme que "Nous avons des enfants qui sont aussi exposés parce que, pour certains, ils sont devenus des orphelins. Les parents ont été tués. Les enfants sont tellement exposés que si on ne met pas fin à ce conflit, c'est toute une génération qui sera perdue."

Plus de 700.000 enfants ne sont pas allés à l'école depuis trois ans dans les zones anglophones. A la suite de l'attaque de l'école de Kumba, le ministre camerounais de l'Education de base est depuis hier (26.10) sur les lieux pour "cerner les contours" de cette attaque, fait savoir un proche du ministre.

Le Tweet de Paul Biya

Le président Paul Biya a pour sa part condamné dans un tweet un "crime barbare et lâche". Une réaction que juge toutefois insuffisante Maximilienne Ngo Mbe, du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), cosignataire de la lettre ouverte. "Je ne suis pas dans son agenda. Mais c'est un regret profond pour nous de voir que face à un massacre de ce genre, le président de la République, par un simple tweet et un mot aux gouverneurs, s'adresse comme ça à son peuple. », explique la directrice exécutive du Redhac.

L'Action mondiale pour la paix et la justice au Cameroun dénonce un accès à l'éducation encadrée par les militaires et les signataires demandent un cessez-le-feu dans la crise en zone anglophone.

Prioriser la solution politique

Des "sanctions ciblées intelligentes" pourraient y aider. Elles auront un rôle dissuasif, selon Christopher Fomunyoh. "Il y a des gens qui pensent toujours que ce problème, qui est pourtant un problème politique, devrait être résolu par la manière militaire.", constate M. Fomunyoh.

Il ajoute que "S'il y a des sanctions ciblées, des deux côtés, cela va envoyer un message fort que les Camerounais doivent s'asseoir pour discuter des doléances qui ont été soulevées et pour trouver une voie négociée, une voie paisible au règlement de ce conflit."

Joshua Ossi du Social democratic front (SDF), un parti bien implanté dans les zones anglophones, estime qu'il faut forcer les sécessionnistes à discuter alors, pense-t-il, qu'"il n'y a pratiquement plus d'interlocuteurs".

La directrice exécutive du Redhac constate que l'heure est grave. La crise anglophone aurait fait 3.000 morts et conduit 700.000 personnes à fuir leur domicile.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.