Tchad: Poursuivi pour diffamation, le blogueur tchadien Maïkala Nguebla «soulagé» après le réquisitoire

Le blogueur tchadien Makaïla Nguebla était convoqué par la justice française mardi 27 octobre. Il est accusé de diffamation par Abbas Mahamat Tolli, neveu du chef de l'Etat, ancien ministre des finances et actuel gouverneur de la BEAC (banque des États de l'Afrique centrale).

Exilé en France depuis 2013, l'animateur du blog makaila.fr est très critique du régime d'Idriss Déby, ce qui lui a valu dans le passé des expulsions de Tunisie et du Sénégal.

Cause de ce procès en diffamation : un post de blog de 2017 dans lequel il assurait qu'Abbas Tolli avait utilisé sa fonction pour faire entrer deux de ses cousins à la direction de banques tchadiennes.

Le procureur a suivi l'argument de la défense, en soulevant la nullité de la procédure. Ce qui ravit Makaïla Nguebla.

Le procureur a estimé que M. Abbas Tolli n'a pas respecté un certain nombre de critères qui devaient être remplis ainsi que l'incompétence de la justice française à pouvoir juger cette affaire. C'est un grand soulagement pour moi, pour la communauté tchadienne en Franc (...). Cette plainte est politique étant donné que c'est l'aboutissement d'une persécution de dix ans à mon encontre (...).

Makaïla Nguebla

François Mazet

Le délibéré sur la validité de la plainte a été fixé au 26 janvier. L'avocat d'Abbas Mahamat Tolli espère que la cour rejettera la nullité, estimant que la diffamation était caractérisée par des « accusations en l'air, sans fondements, portées contre un fonctionnaire international, dirigeant une institution sérieuse ». Me Paul-Albert Iweins ajoute que son client ne demande qu'un euro symbolique, et que c'est Makaïla Nguebla qui fait de la politique en jouant au « persécuté ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.