Sénégal: Menace de mort contre son ami - Le prévenu pourrait être sauvé par ses troubles mentaux

27 Octobre 2020

Poursuivi pour menace de mort et destruction de biens appartenant à autrui, le sieur M. Dioum attrait, hier, en audience de flagrants délits du tribunal de grande instance de Dakar, risque de bénéficier de l'article 50 du code pénal.

«Mme le juge, je suis venu me défendre. Cela fait deux ans qu'on m'a privé de liberté. Je n'en peux plus». Ces propos du prévenu, M. Dioum, contrastent avec sa prétendue déficience mentale. Agent commercial dans une entreprise de la place, le sieur Dioum souffrirait de troubles mentaux. Attrait, hier, en audience des flagrants délits du tribunal de grande instance de Dakar pour menace de mort et destruction de biens appartenant à autrui, le sieur Dioum a reconnu les faits. Néanmoins, il s'est bien défendu pour une personne souffrant de déficience mentale. «Cet homme ici présent est mon ami de longue date. Il me fait travailler comme un esclave et refuse de me payer. Je lui ai fait gagner des marchés de plusieurs millions de Fcfa. Aujourd'hui, il prend ma démence comme argument de défense pour refuser de me payer mon argent. Il est de mauvaise foi», s'est défendu le prévenu qui a précisé, qu'il n'a jamais menacé de mort le plaignant, I. Traoré.

Ce dernier a battu en brèche les propos du prévenu. «M. Dioum ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Le jour de l'incident, il a surgi de nulle part au moment où je m'apprêtais à garer ma voiture pour casser mon pare-brise et fuir», a affirmé le plaignant. D'ailleurs, a-t-il poursuivi, je l'ai fait évacuer en France en 2014 pour une prise en charge psychiatrique. «J'ai beaucoup fait pour cet homme qui, aujourd'hui, me menace de mort avec un couteau», a encore relaté avec regret I. Traoré. Avocat de la partie civile, Me Fall a relevé le soutien de son client à l'endroit du prévenu. «I. Traoré s'est toujours bien occupé de son ami. C'est quand le comportement de ce dernier commençait à nuire le personnel de l'entreprise qu'il a arrêté la collaboration. Même si son dossier médical atteste qu'il a des troubles psychiques, il faut reconnaître qu'il fume du chanvre et boit de l'alcool», a déclaré Me Fall qui a réclamé le franc symbolique pour son client. Dans son réquisitoire, le Procureur de la République a noté la cohérence avec laquelle le prévenu s'est défendu avant de se rapporter à la décision du tribunal.

Me Domingo Dieng de la défense a justifié le comportement de son client par la frustration dont il a été victime durant des années. «Je déplore les menaces. C'est pourquoi, je sollicite Mme la présidente de prendre en compte l'article 50 du code pénal pour éloigner mon client des liens de détention», a plaidé la robe noire. Le tribunal a mis l'affaire en délibéré le 28 octobre prochain.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.