Sénégal: Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l'interieur, sur l'émigration clandestine - «Les convoyeurs qui vivent de ça peuvent être lourdement condamnés»

28 Octobre 2020

Le gouvernement multiplie ses sorties pour déplorer la recrudescence de l'émigration clandestine par voie maritime, avec à la clé des centaines d'arrestations dont des passeurs/convoyeurs et plusieurs dizaines de morts. Après la ministre porte-parole du gouvernement et ses collègues en charge respectivement de l'Emploi et de la Jeunesse, c'est au tour du ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, de durcir le ton. Il appelle à des sanctions judiciaires contre les passeurs qui vivent du phénomène.

Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l'Intérieur, accuse les convoyeurs qu'il tient pour responsable des victimes du drame de l'émigration clandestine qui secoue le Sénégal, avec des milliers de jeunes qui bravent l'Atlantique à bord de pirogues, pour rejoindre les côtes espagnoles en Europe.

En tant que garant de la Sécurité publique, il appelle à des sanctions exemplaires contre ces derniers, une fois appréhendés et remis à la justice. «Nous avons aujourd'hui un arsenal qui existe pour condamner de façon très ferme notamment les convoyeurs. Le dispositif n'est pas réfléchi pour ceux qui y vont parce qu'ils sont considérés comme étant des victimes. C'est plutôt ceux qui vivent de ça qui, aujourd'hui, dans le cadre de la science juridique qu'on a, peuvent être lourdement condamnés», informe-t-il. Il renchérit : «si vous regardez la loi de 2005 sur la traite des enfants, les responsables encourent des peines allant même jusqu'a 10 ans de prison ; donc on n'a même pas besoin de les criminaliser pour qu'ils soient condamnés».

Sur ce, pour venir à bout du phénomène de l'émigration clandestine qui perdure, le ministre de l'Intérieur compte sur l'application de la loi contre les transporteurs contre qui il souhaite «de lourdes condamnations». «D'ailleurs, nous avons depuis quelques jours plus de 28 personnes considérées comme présumés convoyeurs qui sont entre les mains de la justice. Et très certainement, elle fera son travail et que ces gens seront condamnés parce qu'ils participent aujourd'hui à l'émigration clandestine par voie maritime de ces jeunes», ditil dit. Non sans regretter les nombreux morts déplorés. «Malheureusement, on a même des difficultés pour avoir les statistiques. A ce que nous savons, il y a même des morts de l'autre côté».

Ainsi, alors que le président Macky Sall s'engage à donner une aide financière aux familles des victimes de l'émigration clandestine, Aly Ngouille Ndiaye, en sa qualité de ministre de l'Intérieur, juge important de sanctionner les convoyeurs qui, selon lui, favorisent la montée du phénomène de l'émigration clandestine, du fait des retombées de celle-ci qui leur permettent de survivre.

En attendant, alors que les résultats de l'enquête sur l'explosion d'une pirogue des migrants ayant fait plus de 20 morts au large de Mbour, vendredi dernier, tardent encore à être disponibles, une collision entre une embarcation convoyant d'autres migrants et un patrouilleur de la Marine nationale, la nuit du 25 au 26 octobre, vient alourdir le bilan des victimes.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.