Madagascar: Trouver des solutions pérennes pour le Sud

Après l'épidémie de Covid-19, dont la situation est à peu près stabilisée, c'est un nouveau front qui s'ouvre pour les dirigeants.

C'est à la grande détresse de nos compatriotes du sud de Madagascar qu'il faut porter attention. Vu de la capitale, le problème du kere paraît surréaliste et pourtant on meurt de faim à quelques kilomètres en dehors des villes de Toliary et de Tolagnaro. Aucun régime ne s'est véritablement préoccupé des conditions de vie des habitants de cette région frappée régulièrement par la sécheresse.

Les politiciens ont, à chaque élection, promis monts et merveilles à ces hommes et ces femmes qui font preuve d'un courage admirable. Et puis, le temps de la propagande passé, les paroles prononcées ont été vite oubliées et les villageois sont restés avec leurs problèmes. Le chef de l'Etat, comme ses prédécesseurs, a dit vouloir venir en aide à une population aux prises avec cette famine. On peut prendre acte de la volonté qu'il a affichée, mais on attend de voir la suite qui va être donnée à tous les propos tenus lors de son premier déplacement dans le Sud. La situation sur place est dramatique et, le reportage réalisé par notre collègue Maminirina Rado le montre amplement.

L'Etat a commencé à installer des centres de nutrition opérationnels. C'est un véritable sauvetage qui est organisé en ce moment. Les moyens doivent être mobilisés devant l'urgence de la situation, et il est nécessaire qu'ils soient aussi importants que ceux utilisés lors de la lutte contre la Covid-19. Les bailleurs de fonds seront certainement sollicités. Une fois le problème de la famine résolu, il faudra donc trouver des solutions pérennes pour que le Sud ne connaisse plus cette situation dramatique. Certaines ont déjà été proposées à maintes reprises et des promesses ont été faites. Le chef de l'Etat reviendra bientôt sur place. Il est temps maintenant de passer à l'acte.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.