Congo-Kinshasa: Consultations du Chef de l'Etat - La CIME et l'IMAM Moussa Rachid partage le diagnostic du Chef de l'Etat sur le blocage Institutionnel

Pour la Commission d'intégrité et de médiation, la situation de blocage institutionnel dans laquelle se trouve le pays ne pouvait perdurer très longtemps de peur de le conduire à la faillite.

Le chef de l'Etat a bien fait de dénoncer d'abord ce blocage à haute voix et ensuite de procéder à des consultations des forces politiques et sociales du pays en vue de constituer une "union sacrée" pour le salut du Congo.

C'est-ce qui ressort de la déclaration du Président ai. de la CIME faite lundi 26 octobre 2020.

Pour l'Imam Moussa, le but principal des consultations que le Chef de l'Etat voudrait entreprendre devrait être le règlement de la crise et non son exacerbation.

Ces consultations devraient être inclusives pour permettre d'explorer tous les points de vue existants au pays, non pas exclure une partie des concitoyens. Car, même si chez certains compatriotes, il est à déplorer une absence d'une bonne culture politique, mais leur expertise en rapport avec la paix pourra toujours servir.

Pour Moussa Rachid, il faudrait que le Chef de l'Etat désigne rapidement un informateur qui sera chargé de recueillir les avis des uns et des autres en toute franchise et en toute liberté. Quitte à faire rapport au Chef de l'Etat qui, en tant que garant de la nation, pourra prendre les dispositions idoines qui s'imposent.

L'Imam a signifié sa disponibilité pour apporter sa contribution à ce grand projet dont le but est de remettre le pied assoupi dans une crise interminable sur pied et le remettre en mouvement en lui donnant une dynamique qu'il faut.

Les problèmes du Congo sont des problèmes qui ont des solutions, même plusieurs solutions et aucune d'elles ne mettra tout le monde d'accord. C'est pourquoi, il faudra que tout le monde s'y mette avec la bonne foi, parce que ce sont des problèmes publics qui concernent un grand nombre.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.