Togo: Des recommandations bien dirigées sur Adédzé et ses prédécesseurs, les sieurs Adjakly et Kondo Komlan ?

Le journal L’Alternative,

C'est une interrogation qui mérite d'être posée, à l'aune des supposés derniers rebondissements dans l'affaire du Petrolegate portée au grand jour par le confrère L'Alternative. Et ces rebondissements sont relatifs selon certaines informations, qui seraient contenues dans le rapport d'audit commandité par le gouvernement togolais par le biais du ministère du commerce, sur le Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers, et dont les résultats ont été rendus aux commanditaires Lundi dernier. De ce rapport et des fuites, il serait question d'indemnités versées en toute illégalité.

Comment pourrait-il y avoir des indemnités versées en toute illégalité si on sait que toutes indemnités sont autorisées par la hiérarchie, c'est-à-dire le ministre en charge du Commerce ? Dès lors, on peut se demander s'il y aurait eu des indemnités non autorisées qui seraient décaissées par le comptable du Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers, à l'insu du ministre, vu que le Coordonnateur du Comité n'a pas signature autorisant tout décaissement ?

L'autre question que l'on se pose est de savoir, si les ministres du Commerce qui se sont succédés pour arriver aujourd'hui sur Kodzo Adédzé auraient ordonné les décaissements en désordre et en total méconnaissance des procédures en vigueur ?

En tout cas, une curieuse recommandation qui serait contenue dans le rapport d'audit, demanderait une révocation du ministre Adédzé, et une mise à la disposition de la justice des sieurs Adjakly Francis et Fabrice, et le Coordonnateur du Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers, Kondo Komlan Koffi. Reste dès lors à se demander s'il faudrait mettre à la disposition de la justice des agents qui n'avaient aucun pouvoir ni délégation de pouvoir de signature ?

Pour ce que l'on sait, et de ce qui précède, s'il y avait eu malversations, ce ne pourrait pas être sans l'aval des différents ministres qui se sont succédés au ministère du Commerce. Si cette évidence est acceptée, il y a lieu dès lors d'interroger tous les ministres du commerce de Sanvi de Tové à Adédzé, en passant par Yentchabré, Guy Lorenzo, Kokou Gozan, Arthème Ahoumey-Zunu, Bernadette Légzim Balouki, afin que ces derniers viennent confirmer ou infirmer leur signature ordonnant les dépenses effectuées par le Comité.

Pour le cas Adédzé, aux commandes de ce ministère du Commerce depuis 2019, il y a lieu de se demander s'il a continué par signer et apporter sa caution aux malversations en question au Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers ?

Et l'inspection générale d'Etat qui serait passée par le passé dans ce Comité n'avait-elle rien vue d'anormale ?

On peut à l'aune de ce qui précède se dire que ce dossier n'a toujours pas fini de livrer ses secrets.

Seule la suite nous situera...

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.