Cameroun: Recherche - Le coup de pouce français

Le Projet « Appui à la riposte africaine à l'épidémie de Covid-19 », financé par l'Agence française de Développement, lancé par le Minresi vendredi dernier à Yaoundé.

C'est un programme qui vise à accompagner les autorités dans l'élaboration et le renforcement des stratégies nationales de riposte à la pandémie du Covid-19. Le Projet « Appui à la riposte africaine à l'épidémie de Covid-19 » (Ariacov), puisqu'il s'agit de lui, a été lancé vendredi dernier par le ministre de la Recherche scientifique et de l'innovation (Minresi), Madeleine Tchuinte. Pour une durée de deux ans, le projet ARIACOV est financé par l'Agence française de Développement (AFD) dans six pays africains : le Cameroun, Bénin, le Ghana, la Guinée, la République démocratique du Congo et le Sénégal. Pour ce qui est du Cameroun, le Projet exécuté par l'Institut de Recherche pour le développement (IRD) s'appuie sur le Centre de recherche sur les maladies émergentes et re-émergentes (CREMER) qui est un laboratoire mixte international.

Financé à hauteur de 2,2 millions d'euros environ, soit 1 441 milliards de F, il va permettre de déployer des travaux de recherche opérationnelle dans trois domaines : la mise en place d'un ensemble d'activités associant formation, équipements et consommables pour réaliser les diagnostics directs à large échelle et permettre ainsi la réalisation d'enquêtes séro-épidémiques parmi les populations. Ainsi que la réalisation d'enquêtes épidémiologiques de terrain et le développement de modélisation. La mise en place ou le renforcement du dispositif de collecte de données quantitatives font également partie des actions qui seront menées dans ledit projet. « Le Cameroun est le plus grand bénéficiaire de ce projet à travers le CREMER pour ce qui est des équipements, de la formation et des consommables. Cette composante permettra le renforcement des ressources humaines et l'acquisition de réactifs et équipements de dernière génération pour le diagnostic moléculaire et sérologique, ainsi que l'aménagement d'une salle spécialisée pour la manipulation des agents dangereux », a précisé le Minresi. Pour le Pr. Eric Delaporte, coordonnateur du projet ARIACOV et directeur de l'unité de recherche de l'IRD, placée sous l'autorité des responsables des programmes nationaux de riposte à l'épidémie de Covid-19, ce projet sera conduit en synergie avec les autres projets mis en œuvre par les autorités nationales et par les partenaires techniques et financiers. « C'est un projet global, de diagnostic, d'études de la dynamique de l'infection et qui vise à comprendre d'un point de vue social comment la maladie a été perçue », a expliqué le Pr. Eric Delaporte.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.