Cameroun: Infrastructures - Le saut qualitatif et quantitatif

Plusieurs barrages, routes, centrales et ponts ont été aménagés au cours des cinq dernières années.

Le Plan national de développement économique et social (PNDES) a fait de l'amélioration des infrastructures routières, et de l'accès à l'énergie, les axes forts pour la transformation structurelle de l'économie du Burkina Faso. Ainsi dans le domaine routier, près de 360 km de routes ont été bitumées entre 2016 et 2019 et 280 kilomètres (km) ont été réhabilités. La proportion de routes bitumées est passée de 24% en 2015 à 26,72% en 2019. Et plusieurs centaines de kilomètres de routes sont en cours de réalisation ou de réhabilitation.

A Ouagadougou la capitale, les travaux de construction de l'autoroute de contournement de la ville, sur 125 km, ont été lancés, en octobre 2018. Pour ce faire, dans le cadre d'un Partenariat public privé (PPP), près de 181 milliards de FCFA ont été mobilisés. Toujours pour densifier le réseau routier et améliorer la circulation sur les axes, le pont de la Sirba, le plus long du pays, avec ses 309 mètres, a été inauguré en 2018, quelques jours avant le pont mixte de Boromo sur l'axe qui relie Ouagadougou à Bobo-Dioulasso, le poumon économique du pays. Par ailleurs, 2.033 km de pistes rurales ont été aménagées, entre 2016 et 2020, et 712 kilomètres sont en cours de réalisation.

Sans énergie, le combat pour l'industrialisation et du développement est vain. D'où la détermination des autorités à accroître les capacités nationales en termes de production, de transport et d'accès à l'énergie électrique. Entre 2015 et 2020, la puissance installée est passée de 300 à 410 mégawatts (MW). Inaugurée en novembre 2017, la centrale solaire de Zagtouli près de Ouagadougou avec ses 33 MW, a joué un rôle important dans cette embellie. Davantage, avec la création en 2016, de l'Agence nationale des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (ANEREE), l'investissement dans le domaine des énergies renouvelables s'est renforcé. L'objectif est de porter à court terme, la puissance installée du Burkina Faso à 497,6 MW et la part des énergies renouvelables dans la production totale à 30%. A ce sujet, six contrats PPP de projets de centrales solaires photovoltaïques ont été conclus en 2019. Et c'est le quotidien des Burkinabè qui est impacté par ces réalisations et ces projets. Le taux de couverture électrique du pays est passé de 33,32% en 2015 à 38,68% en 2019. Et le nombre de localités électrifiées est passé de 625 en 2016, à 1 049, à fin 2019.

Sur un autre plan, Roch Marc Christian Kaboré avait fixé un objectif de « zéro corvée d'eau » et promis un accès des Burkinabè à un cadre de vie décent. A cet égard, de nombreuses adductions d'eau potable et infrastructures d'assainissement ont été aménagées, depuis 2016. 8 713 forages ont ainsi été construits sur 7 500 prévus, tandis que 3328 autres ont été réhabilités. Par ailleurs, quatorze nouveaux barrages, dont celui de Samendéni, d'une capacité de 1,5 milliard de m3, ont été construits, et 25 autres ont été réhabilités. D'autres projets sont dans le pipe à Ouessa, Banwaly et Bassieri notamment.

Le développement des infrastructures de base n'a pas éclipsé le développement d'infrastructures du numérique. Le taux de pénétration de l'Internet est passé de 6% en 2015 à 36,81% à fin juin 2020, avec une capacité internationale de bande passante Internet qui a été portée de 12 Gbps en 2016 à 46,36 Gbps en juin 2020. Et depuis 2016, 3 408,8 km de fibre optique ont été déployés dans le pays.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.