Cameroun: Développement de l'économie numérique - Les points d'échange Internet en service

Le ministre en charge des Télécommunications a lancé hier à Yaoundé l'opérationnalisation de cette infrastructure qui permettra la baisse des coûts et l'amélioration de la qualité de service.

Les points d'échange Internet ou IXP sont des lieux où les opérateurs du secteur viennent se raccorder pour échanger de façon économique leur trafic. Une infrastructure qui permettra également d'améliorer la qualité du service Internet. Elle a été mise en service hier, 27 octobre 2020 par le ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Minette Libom Li Likeng. Ce lancement était marqué par la cérémonie de remise de la décision autorisant la Cameroon Internet Exchange point (Camix) à assurer la gestion et l'exploitation des IXP de Yaoundé et de Douala, logées au Data Center de la Campost à Yaoundé. D'après le Minpostel, cette étape marque la marche du Cameroun vers la transformation numérique.

« C'est un pas significatif de la digitalisation de notre société », s'est réjouie Minette Libom Li Likeng. Elle a révélé que leur mise en œuvre au Cameroun est le fruit d'une collaboration calquée sur le modèle multi-acteurs de l'Icann (Internet Corporation For Assigned Names and Numbers), entre le Minpostel, l'Union africaine, l'Internet Society, l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication ainsi que l'ensemble des acteurs nationaux du secteur. Aussi, a-t-elle demandé à l'équipe de Camix de respecter rigoureusement les obligations prescrites dans l'autorisation qui vient de leur être délivrée. En vue du développement de l'économie numérique, il est à noter que la mutualisation des infrastructures pour une meilleure qualité de service est de mise.

Selon Olivier Leloustre, président de Camix, ces points d'échange offrent de nombreux avantages. Ils facilitent l'échange du trafic international local, permettent de faire des économies de coûts, améliorent la qualité de l'accès à Internet par l'optimisation de la latence et de la bande passante. Les IXP fournissent également des services Internet à valeur ajoutée, entre autres.

En effet, leur mise en place au Cameroun fait suite à la mauvaise qualité des communications, la non disponibilité d'une bande passante suffisante ainsi que des coûts élevés du trafic international qui plombent les tarifs d'accès à Internet pour l'utilisateur final.

Pour y mettre fin, le gouvernement a aussi pour ambition, dans les prochaines années de généraliser l'accès large bande pour les citoyens, les entreprises et les ménages. Ceci en poursuivant l'extension du backbone national pour passer de 20 000 km à 25 000 km linéaires, ainsi que la construction des boucles optiques urbaines dans tous les chefs-lieux de départements, afin d'augmenter le taux de pénétration haut débit dans les ménages, entre autres.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.