Congo-Brazzaville: Consommation - La promotion des bières resurgit à Brazzaville

La vente promotionnelle des boissons alcoolisées se répand à nouveau de façon inquiétante, avec des bouteilles de bière exposées presque sur des avenues et des artères animées de la capitale. Pourtant, il y a tout juste deux ans, une circulaire du ministre du Commerce interdisait de promouvoir la consommation immodérée d'alcool.

Sur l'avenue des Chars à Ouenzé dans le cinquième arrondissement de Brazzaville, la mesure édictée par l'État n'est pas du tout respectée. Dans cette artère très animée, comme dans d'autres arrondissements de la ville, trois bouteilles de bière sont vendues à 1200 francs CFA, contre 1500 francs CFA le prix ordinaire, soit cinq bouteilles à 2000 francs CFA, au lieu de 2500 francs CFA. Aujourd'hui, c'est à ce prix promotionnel que les débits de boisson séduisent les clients.

Selon Natacha, promotrice d'une buvette sur la même avenue, le succès de ces offres promotionnelles réside dans la collaboration entre les brasseurs et les commerçants. Entre-temps, les brasseurs leur proposent pour l'achat de quatre casiers de bière un bonus de deux casiers afin de vendre à un prix promotionnel et faciliter l'écoulement des stocks. « Je fais la promotion de la boisson avec ou sans l'avis des brasseries. Elle me permet de vendre rapidement le stock pour avoir un peu de bénéfice », a-t-elle confié.

Sur l'avenue des Trois Martyrs souvent très animée, c'est le même constat. Des jeunes venus des quatre coins de la ville se retrouvent autour des tables pour partager de la bière. Contrairement à Natacha, Léonce vendeur dans un bar pense que la promotion ne lui profite pas. D'après lui, les efforts qu'il fait ne profitent qu'aux grossistes et brasseurs. La montée du commerce des bières n'est pas du goût de certains Brazzavillois qui dénoncent la propension effrénée des jeunes à l'alcool et le laxisme des pouvoirs publics.

Dans sa circulaire signée le 2 octobre 2018, le ministre du Commerce, des Approvisionnements et de la Consommation, Alphonse Claude N'Silou, déplorait des activités faisant fi des conséquences graves de l'excès de l'alcool sur la santé humaine. « Pour préserver la santé des populations, je rappelle à tous que ces pratiques sont désormais interdites », décidait-il.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.