Congo-Brazzaville: Colloque international / Brazzaville capitale de la France libre - Axes des travaux de la première journée

Président Denis Sassou N'Guesso

Les travaux du colloque international « De Gaulle et Brazzaville, une mémoire partagée entre la France, le Congo et l'Afrique » succèdent à la cérémonie d'ouverture ponctuée par la « Leçon inaugurale » du professeur congolais Constant Ndinga Mbo.

En début d'après-midi du mardi 27 octobre, en trois panels, les ateliers du colloque international de Brazzaville ont commencé par l'atelier Axe I : Brazzaville, l'AEF et de Gaulle (1940-1958). Puis entamé une partie de l'Axe II : De Gaulle et la décolonisation (1958).

Le premier panel modéré par Eric Deroo, historien (France) a connu la participation de trois intervenants. Successivement, la parole a été donnée au : général Henry de Medlege, directeur du Musée de l'armée (France) / Le régiment de marche du Tchad dans l'épopée de la France libre, et contexte de ralliement des unités ; professeur Scholastique Dianzinga, spécialiste de l'histoire des femmes (Congo) / Les femmes congolaises au temps de la France libre (1940-1944) ; professeur Jean-François Owaye, spécialiste d'histoire militaire et de relations internationales (Gabon) / Autour de l'homme du 18 juin : pistes d'une mémoire partagée franco-gabonaise.

Quant au deuxième panel, la modération a été assurée par Franck Fernand (France). Trois intervenants également ont donné leurs contributions. Il s'agit de Vladimir Trouplin, conservateur du Musée de l'Ordre national de la libération (France) / L'Ordre de la libération et Brazzaville ; du professeur Joseph Itoua, spécialiste d'histoire et civilisations africaines (Congo) / Gaullistes et Vichystes en AEF ; du professeur Jean-François Muracciole, historien spécialiste de la France libre / Le rôle de la France libre dans la Seconde Guerre mondiale.

Pour clore les débats de la journée, les chercheurs et professeurs ont entamé une partie de l'Axe II : De Gaulle et la décolonisation (1958). Les trois premières communications entre 17 h 45 et 19 h, modérées par Jean-François Owaye, ont mis en scène : Lecas Atondi Monmondjo, spécialiste de littérature française (Congo) / Les discours de Brazzaville : les malentendus de l'histoire ; le professeur Bernard Simiti, spécialiste de l'histoire des civilisations des mondes africain, arabe et asiatique (RCA) / De Gaulle, Bonganda et la décolonisation et le professeur Isidore Ndaywel è Nziem, historien, linguiste (RDC) / De Gaulle et la décolonisation du Congo Belge.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.