Congo-Brazzaville: Bonne gouvernance - La Chine disposée à appuyer la Haute autorité de lutte contre la corruption

Reçu par le président de la Haute autorité de lutte contre la corruption (HALC), Emmanuel Ollita Ondongo, l'ambassadeur de la République populaire de Chine au Congo, Ma Fulin, a rassuré son interlocuteur de sa disponibilité quant à l'accompagner dans la réalisation de cette mission.

Créée par la loi n°3-2019 du 7 février 2019, la HALC éprouve actuellement quelques difficultés pour mener à bien sa mission de prévention et de lutte contre la corruption, la concussion, la fraude et les infractions assimilées. Profitant de la visite du diplomate chinois, le président de la HALC a présenté cette institution ainsi que ses besoins qui se résument, entre autres, en termes de manque des locaux dignes, du matériel de travail (outils informatiques) et la formation des cadres et agents.

Prenant connaissance de ces doléances, Ma Fulin s'est engagé à apporter de solutions à certaines d'entre elles dès le début de l'année prochaine. Il s'agit notamment de la dotation en équipement informatique. « Concernant vos besoins sur les équipements informatiques par exemple, comme nous avons ce genre de coopération avec beaucoup d'institutions, nous allons faire la même chose. Vous serez les premiers bénéficiaires des équipements tels que les ordinateurs, imprimantes et autres accessoires en début d'année prochaine », a-t-il annoncé.

Selon lui, la lutte contre la corruption est un travail important parce qu'il s'agit d'un mal universel. D'où la nécessité pour tous les pays de fournir des efforts pour barrer la voie à ce fléau. Depuis son accession au pouvoir, le président Xi Jinping a, a-t-il rappelé, mis un accent particulier sur la lutte contre la corruption surtout sur la discipline dans les rangs du Parti communiste chinois. « La lutte contre la corruption est l'une des conditions de base de la gouvernance. Sans cette lutte, on ne peut pas parler d'une bonne gouvernance », a rappelé Ma Fulin qui entend être l'interface entre la HALC et la Commission de supervision d'Etat en charge de la lutte contre ce fléau de son pays. Les liens entre le Congo et la Chine s'étendent aujourd'hui, a-t-il dit, dans tous les domaines, y compris dans la lutte contre la corruption.

Se félicitant de ces annonces, le président de la HALC a indiqué que cette rencontre, la première du genre, marque le début d'une coopération avec les institutions sœurs de la République populaire de Chine œuvrant dans le domaine de la bonne gouvernance. Ceci par l'intermédiaire de Ma Fulin. « L'ambassadeur est disposé à jouer ce rôle de nous aider, de nous faire gagner beaucoup de choses à partir des institutions de son pays. Pour nous, c'est un échange très utile qui pourra porter parce que l'ambassadeur est très favorable à cela. Il faut que les animateurs soient bien outillés dans le domaine, d'où il y a pas mal d'ouvertures qui vont être créées », s'est réjoui Emmanuel Ollita Ondongo.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.