Congo-Kinshasa: Rencontre citoyenne - L'Acofepe initie une tribune libre sur la bonne gouvernance et la corruption

Les professionnels des médias, les étudiants, les entrepreneurs et quelques responsables de la société civile ont pris part à une tribune d'expression populaire sur le thème «La bonne gouvernance et la lutte contre la corruption » organisée récemment par l'Association congolaise des Femmes journalistes de la presse écrite (Acofepe) à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï-Oriental, avec l'appui de l'Internews.

S'inscrivant dans le cadre du projet « Renforcer les radios rurales pour une information impartiale en RDC », la rencontre a offert non seulement un espace d'expression aux différents participants en vue de promouvoir la liberté d'expression et l'égalité homme-femme dans les débats publics mais aussi favoriser l'accès à l'information sur la bonne gouvernance, l'environnement, la santé et les droits de l'homme.

Cette thématique bien abordée par les intervenants à cette tribune a permis aux participants d'être édifiés sur les enjeux et les défis liés à la lutte contre la corruption, ce fléau qui gangrène la RDC et qui nécessite des solutions rigides et durables pour l'éradiquer car elle constitue une épine sur le développement du pays.

La présidente de l'Acofepe, Grace Ngyke, qui a ouvert ces retrouvailles a expliqué l'historique de la tribune d'expression qui ne date pas de nos jours. Elle a, par ailleurs, souligné l'importance que revêt la tribune d'expression populaire depuis l'époque antique dans une société qui se veut démocratique, avant de comparer cette expression démocratique à l'arbre à palabres dans la société africaine traditionnelle.

De son côté, la coordonnatrice provinciale de l'Acofepe/Kasaï-Oriental a reconnu que, dans la lutte contre ce fléau, le rôle des médias n'est plus à démontrer. « Les médias doivent privilégier la production et la diffusion des émissions qui soutiennent la lutte contre la corruption », a-t-elle déclaré. Quant à l'intervenante Miriam Kabedi, les journalistes doivent aussi contribuer de manière concrète à la promotion et à la consolidation de la démocratie à travers leurs productions.

Une affaire de tous

Les trois intervenantes à cette tribune d'expression ont été toutes unanimes que la lutte contre la corruption n'est pas l'apanage de seuls gouvernants mais de tous le monde. « La lutte contre la corruption est une affaire de tous. Elle concerne aussi bien les gouvernants que les gouvernés car tout le monde est appelé à combattre farouchement les antivaleurs », ont-elles soutenu, ajoutant que ce fléau doit être éradiqué et cela à tous le niveaux de la vie nationale. Pour ce faire, chacun où il se trouve doit donc se sentir interpellé. Les participants à cette tribune ont réclamé que ce genre de rencontre soit fréquemment organisé pour permettre à la population de s'informer et de pouvoir contribuer à travers des propositions concrètes à l'avancement de la nation congolaise.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.