Afrique: Au Qatar, des femmes auraient subi des examens gynécologiques forcés

communiqué de presse

Cet incident pourrait être lié à la loi qui punit les femmes tombées enceintes en dehors du mariage

Le 2 octobre, les autorités qatariennes ont obligé 13 femmes à descendre d'un avion de Qatar Airways, avant son départ imminent vers Sydney, en Australie. Elles ont été soumises à des examens gynécologiques forcés après qu'un bébé prématuré a été retrouvé abandonné dans les toilettes de l'aéroport international Hamad de Doha, ainsi que l'ont rapporté les médias australiens cette semaine.

Les responsables de l'aéroport ont ensuite déclaré que le bébé était « en sécurité » et qu'il était soigné au Qatar. Ils auraient pris leurs mesures concernant les 13 femmes après que des professionnels de la santé se soient déclarés « préoccupés » par la santé de la mère et aient demandé qu'elle soit « identifiée ». Mais leurs actions ont été l'inverse de mesures respectueuses de la santé et de la dignité des femmes.

Selon les médias, ces femmes n'ont reçu aucune information, et n'ont pas eu la possibilité de donner leur consentement éclairé. De tels examens gynécologiques forcés peuvent être considérés comme une forme d'agression sexuelle.

Cette violation flagrante de la vie privée des 13 femmes fait actuellement l'objet d'une forte couverture médiatique, à juste titre. Toutefois, il faut aussi se pencher sur les circonstances qui auraient pu inciter une femme à abandonner son bébé dans les toilettes de l'aéroport.

Au Qatar et dans la région du Golfe, les relations sexuelles en dehors du mariage sont criminalisées. Ceci signifie qu'une femme enceinte qui n'est pas mariée, même si sa grossesse est le résultat d'un viol, risque d'être arrêtée et poursuivie. L'avortement est également puni par la loi, avec peu exceptions. Les femmes migrantes faiblement rémunérées, comme plus de 100 000 employées domestiques migrantes au Qatar, sont touchées de manière disproportionnée par ces lois.

Le Qatar devrait interdire les examens gynécologiques forcés et enquêter et traduire en justice toute personne ayant autorisé tout traitement dégradant. Ce pays devrait également dépénaliser les relations sexuelles en dehors du mariage. Les autorités devraient veiller à ce que les femmes enceintes ou risquant de l'être, quel que soit leur état matrimonial, aient accès à des soins et des services - comme des moyens de contraception, la possibilité d'un avortement, des soins prénatals et obstétricaux, si besoin des services d'adoption - sans craindre d'être arrêtées ou emprisonnées.

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.