Centrafrique: Les tensions avec la Libye mènent à l'expulsion de six diplomates

Six diplomates libyens, dont l'ambassadeur qui devait être nommé à Bangui, ont été expulsés de Centrafrique samedi 24 octobre. Ils avaient été interpellés à leur arrivée, la veille, par les forces de sécurité portuaires, puis placés en résidence surveillée, dans un hôtel de la capitale sous une bonne garde, dans l'attente d'être expulsés. Un incident qui indique que la crise libyenne s'est invitée à Bangui.

L'expulsion des six diplomates libyens de Bangui a été confirmée par plusieurs sources. Alors que ces diplomates affirment que leur arrivée était annoncée selon les règles de l'usage diplomatique, Bangui évoque un problème de visas.

« Nous avons des doutes sur leurs visas, et en l'absence de madame la ministre des Affaires étrangères, nous avons préféré qu'ils quittent Bangui », explique Albert Yaloké Mokpeme, porte-parole de la présidence, à RFI. « Nous ne savons pas qui est qui dans cette histoire », ajoute le porte-parole de la présidence.

La Russie a de l'influence en Centrafrique

L'ambassade était dirigée depuis plusieurs années par un chargé d'affaires qui avait annoncé en 2018, ne pas reconnaître le gouvernement d'union nationale (GNA) mais le camp du maréchal Khalifa Haftar. Le GNA l'avait alors démis de ses fonctions, en décembre 2019. Depuis, Tripoli accuse Bangui de bloquer toute tentative de nommer un nouvel ambassadeur.

Selon plusieurs observateurs, cet incident diplomatique relate l'influence grandissante de la Russie en Centrafrique et la forte présence des conseillers russes auprès du président Faustin-Archange Touadéra. Moscou apporte son soutien en Libye au maréchal Haftar, alors que la Turquie est un soutien inconditionnel à ses adversaires du GNA.

Après la Syrie, la Libye et l'Azerbaïdjan, la guerre d'influence qui a lieu entre la Russie et la Turquie semble s'étendre à la Centrafrique.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.