Centrafrique: Sécurité - L'ONU fait le point sur la DW

29 Octobre 2020
interview

Dans une interview à la DW ce jeudi matin, le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'Onu Jean-Pierre Lacroix estime que le processus de paix avance, mais insiste sur l'engagement de tous.

Une délégation conduite par le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix, séjourne depuis quelques jours à Bangui, en République centrafricaine. Au cours de son séjour, cette délégation a rencontré les autorités centrafricaines, la société civile, les partis politiques ainsi que les signataires de l'accord de paix signé à Khartoum en février 2019. L'ONU souhaite faire le point sur la situation sécuritaire.

Ce jeudi matin, interviewé sur la DW dans la matinale info de 7hTU, Jean-Pierre Lacroix estime qu'il y a du mieux, mais qu'en dépit de ces améliorations, le climat sécuritaire dans le pays n'est pas au niveau où l'ONU le souhaiterait.

Des élections en décembre

Jean-Pierre Lacroix : Il est important de venir à ce moment précis, parce que les élections (législatives et présidentielle, le 27 décembre 2020, ndlr) en République centrafricaine se rapprochent et elles seront extrêmement importantes pour la République centrafricaine. Nous avons réitéré notre détermination à continuer à appuyer les efforts de sécurisation, notamment là où les groupes armés continuent, en violation de leurs engagements, des activités violentes, mais aussi des efforts de dialogue.

DW : Les Nations unies ont déployé un contingent de Casques bleus en République centrafricaine pour aider les pays à un cycle de violences. Est ce que vous êtes satisfait par le climat sécuritaire en ce moment dans le pays ?

Jean-Pierre Lacroix : Le climat sécuritaire s'est amélioré depuis la signature de l'accord de paix. Est-ce qu'il est au niveau où nous souhaiterions ? Non. Il y a encore des groupes armés qui violent leurs engagements et semblent garder en réserve l'option du recours à la violence.

DW : Il y a eu des accrochages avec les rebelles 3R ("Retour, Réclamation et Réhabilitation", un groupe rebelle centrafricain). Est-ce qu'il ne serait pas judicieux que les Nations-Unies aident les autorités centrafricaines à engager des pourparlers afin de mettre un terme à ce climat de terreur ?

Jean-Pierre Lacroix : Il y a toujours une approche qui repose sur deux piliers : l'ouverture constante au dialogue et les efforts de dialogue en permanence. C'est d'ailleurs ce qui a été fait dans la région Nord-Ouest, avec un engagement extrêmement actif des partenaires, des garants de l'accord et donc des pays voisins qui ont un rôle extrêmement important à jouer. Dialogue d'un côté, ouverture permanente au dialogue, et de l'autre côté fermeté lorsque cela est nécessaire. Parce qu'on ne peut pas tolérer non plus qu'il y ait des recours à la violence. Chacun des protagonistes doit vraiment faire un effort, et notamment des forces politiques, pour rejeter les méthodes de division et faire prévaloir l'esprit de dialogue démocratique qui doit caractériser une consultation électorale.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.