Madagascar: Hauts Administrateurs de l'Etat - Le SECES National ne les veut pas dans leur corps

Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants voient mal l'intégration des hauts administrateurs de l'État dans leur corps.

Aussitôt les informations sur une éventuelle demande d'intégration des Hauts Administrateurs de l'État dans le corps des Maîtres de Conférence et des Maîtres de Recherche, le Syndicat des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs-Enseignants de l'Enseignement Supérieur a pris position.

« Le SECES rejette tout projet d'élaboration et de mise en application d'un autre décret tendant à appliquer le statut des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants aux autres domaines professionnels. Le SECES rejette, par toutes ses formes toute forme d'usurpation de titre, de fonction ou de grade ». C'est ce qu'on peut lire dans un communiqué émanant du Syndicat des Enseignants-chercheurs et Chercheurs-enseignants de l'Enseignement Supérieur ou SECES national, publié hier.

Signé par Faliarivony Randriamialinoro, président national du SECES, le document relate la prise de position du syndicat en question sur un éventuel « projet de mise en œuvre d'un décret ayant comme objectif de mettre dans le même corps les Hauts Administrateurs de l'État et les Maîtres de conférence et maîtres de recherches de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ». Ce qui constitue « une insulte à l'endroit des Enseignants-chercheurs et des Chercheurs-enseignants » d'après toujours le SECES bureau national dans son communiqué.

Motifs. Pour appuyer ses propos et marquer sa position, le syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l'enseignement supérieur avance la question relative aux diplômes. « Pour être maître de conférence et/ou maître de recherche, il faudrait qu'une personne ait son doctorat. Qu'elle ait intégré le corps des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants. Ce qui est loin d'être le cas pour les hauts administrateurs de l'État peu importe leur grade », souligne un enseignant-chercheur qui a préféré taire son nom. Avant de renchérir « vous remarquerez, suite à ce que j'ai avancé, que pour être Maître de conférence et Maître de recherche, il faut que la personne ait suivi une formation académique et scientifique sanctionnée par un diplôme ».

Cursus académique et scientifique souligné par le SECES bureau national dans son communiqué de presse. En effet, selon le SECES national, « l'acquisition du statut d'enseignant-chercheur et de chercheur-enseignant de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique est tributaire des conditions académiques et scientifiques ». Le communiqué du SECES national, attire l'attention sur le Statut général des fonctionnaires qui fait savoir dans son article 34 que « les grilles indiciaires sont classées par cadre et par échelle dans ces cadres. A cadre, échelle, classe et échelon égaux, les indices de traitement sont identiques dans tous les cadres ». Le SECES est ferme dans sa déclaration, le syndicat ne veut pas des hauts administrateurs de l'État dans son corps.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.