Madagascar: Affaire Esplanade Analakely - Deuxième défaite pour la CUA

Les marchands des pavillons implantés sur ladite place se sont dits satisfaits de la décision prise par le Conseil d'Etat. Toutefois, ils invitent le maire de la Capitale à se pencher sur leur cas.

Comme nous l'avions déjà annoncé dans notre édition d'avant-hier, le litige opposant la Commune urbaine d'Antananarivo aux commerçants sis aux pavillons Analakely, est passé en audience au Conseil d'Etat, hier. Et ce, suivant le dossier n°046/20-CE/CRES/Ap du sursis à exécution CUA contre appel du jugement n°18 du 18/08/2020 rendu par le tribunal administratif d'Antananarivo. Faut-il le rappeler, la CUA avait donné un délai de trois mois aux commerçants occupant les pavillons d'évacuer les lieux.

Ces derniers ont porté l'affaire au tribunal administratif d'Antananarivo. Cette juridiction a ordonné le sursis à exécution de la CUA. Ce fut une première victoire pour les marchands. Et hier, le Conseil d'Etat a tranché, il a rejeté la requête de la CUA confirmant ainsi le jugement rendu par le tribunal administratif d'Antananarivo. Ce fut ainsi, une seconde victoire pour les commerçants des pavillons sis sur l'Esplanade d'Analakely.

Difficilement réparable. Lors de l'audience d'hier, l'avocate de la commune Me Nicole Andrianarivoson a souligné que c'est un domaine public et que cela est révocable à tout moment pour l'intérêt général, tout en soulignant au passage l'intérêt de la mise en place d'un parking sur l'Esplanade. Le président de se demander pourquoi n'y avait-il pas eu d'observation lors de la construction de ces pavillons ? Et son collègue de s'interroger également d'où provient cette urgence de démolir ces pavillons.

Le conseil défendeur par le biais des avocats Me Radilofe et Me Ramangalahy Ranaivomanana Hantamalala a indiqué que la résiliation ne concerne pas l'ordre public et est difficilement réparable en argent. Me Radilofe a, en outre, rappelé qu'il y a eu un contrat à durée déterminée de 10 ans et que durant ce laps de temps les investissements seront amortis. Par ailleurs, le débat d'hier a aussi porté sur le plan de masse dont les explications le concernant n'ont pas été assez claires.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.