Madagascar: Santé de la reproduction - Accès des personnes handicapées à la planification familiale

Le président de l'association des personnes handicapées de Farafangana et Mariah.

Les personnes handicapées possèdent les mêmes droits que n'importe quel citoyen. De ce fait, elles peuvent jouir des mêmes services de santé de la reproduction disponibles à Madagascar à travers les programmes de divers organismes (Wish2Action, Marie Stopes, FISA, etc.). A Farafangana, nous avons fait la rencontre de Volasoa Mariah, une mère de famille de 21 ans qui souffre d'un handicap physique et qui utilise les moyens de contraception depuis 2013 afin de gérer sa vie de famille. « Élever plusieurs enfants est plus compliqué pour une mère de famille avec un handicap.

C'est la principale raison pour laquelle j'ai décidé de recourir au DIU, moyen qui me permet d'éviter les grossesses non désirées », a-t-elle expliqué. De plus, ceci est particulièrement important si la personne en plus de son handicap physique, rencontre des difficultés financières. Volasoa Mariah est commerçante mais en raison de la précédente crise sanitaire, son petit commerce peine à survivre. Elle essaie donc d'assurer des travails intermittents pour subvenir au besoin de son foyer composé d'un mari et d'un enfant de 3 ans. « Fort heureusement, nous n'avons qu'un unique enfant. Sinon, la situation serait compliquée », a-t-elle confié.

Par ailleurs, des programmes sont actuellement en cours pour garantir l'inclusion des personnes handicapées dans les services de santé de la reproduction. Elles n'ont jamais été écartées, mais la sensibilisation doit atteindre un maximum de personnes, car les moyens contraceptifs demeurent peu connus ou peu utilisés dans les coins reculés du pays. C'est ainsi que Volasoa Mariah invite toutes les femmes de sa communauté, souffrant d'un handicap, à recourir à la planification familiale. De plus, les prestations sanitaires sont gratuites, alors pourquoi s'en priver ?

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.