Ile Maurice: Achat d'équipements médicaux - Retour sur les trois arrestations

Il est soupçonné de blanchiment d'argent. Bissoon Mungroo a été arrêté par la commission anti-corruption (ICAC) le jeudi 29 octobre et il a été libéré contre une caution de Rs 150 000. À sa sortie de la cour, le directeur de Gitanjali Co Ltd, qui avait eu des contrats pour l'approvisionnement d'équipements médicaux pendant le confinement, a affirmé qu'il n'a pas fauté.

Selon l'ICAC, Bissoon Mungroo avait Rs 4 950 000 sur un compte bancaire et cette somme est soupçonnée de provenir d'une activité illicite. Mais, selon le principal concerné, c'est la somme qui est restée après avoir payé pour les équipements. «Gouvernment pay ou enn sek, vers sa dan ou kont. Labank pey seki bizin peyé. Balans resté, appel sa money laundering ? gouvernment ine pey Rs 10 million. Ine pey Rs 6 million importation par virement bancaire. Bé kas la pa bizin resté», a-t-il dit pour expliquer cette somme. Son arrestation, dit-il, est totalement arbitraire.

Pour rappel, Bissoon Mungroo est la troisième personne arrêtée dans le cadre de l'achat d'équipements médicaux. Hier, la commission anti-corruption a interpellé Hari Kistna Jagannada Reddi, directeur de Red Jewels Ltd. Avant lui, Deepak Bonomally, patron de Bo Digital Co. Ltd avait été arrêté.

Hari Kistna Jagannada Reddi a fourni au ministère de la Santé 100 000 masques KN 95 pour la somme de Rs 9,4 millions. Selon les recoupements de l'ICAC, le 19 mars, il y a eu un échange de courriels entre lui et un haut cadre du ministère de la Santé pour faire enregistrer la compagnie Red Jewels Ltd en tant que fournisseur potentiel de masques FFP2, KN 95 et N95.

Dans l'un des courriels, on peut lire ceci : «To supply with 100,000 masks» alors que, dans un autre, il est précisé «please go ahead with 100,000 masks KN95 under Procurement Act». Le comble dans l'histoire, c'est que Red Jewels Ltd ne figure pas sur la liste officielle des fournisseurs agréés, qui a été déposée au Parlement par le ministre de la Santé, Kailesh Jagutal.

La société Red Jewels Ltd, qui importe et exporte des bijoux, se trouve à Terre-Rouge et elle est un «non specialised wholesale trade». Mais il n'y avait pas de commerce à l'adresse officielle, où nous nous sommes rendus hier, juste une résidence.

Hari Kistna Jagannada Reddi répond d'une accusation provisoire de blanchiment d'argent sous la section 3 (1) de la Financial Intelligence and Anti Money Laundering Act. Les enquêteurs de la commission anticorruption ont également constaté qu'il n'a pas respecté les Consumer Protection Regulations.

Il a comparu en cour de district de Port-Louis Sud hier et a versé Rs 100 000 comme caution pour sa remise en liberté et signé une reconnaissance de dette de Rs 2 millions.

En juillet, l'opposition a attiré l'attention sur un document qui révèle clairement que des contrats pour l'approvisionnement en médicaments, masques et respirateurs artificiels durant le confinement ont été alloués, sans passer par les procédures normales d'appels d'offres, à des entreprises qui ne sont pas du domaine médical. Une compagnie comme Gitanjali Co Ltd de Bissoon Mungroo, spécialisée dans la restauration, a décroché, le 19 juin, deux contrats du ministère de la Santé pour l'approvisionnement de 200 000 masques chirurgicaux d'un montant de Rs 5 115 000 et 20 000 masques de protection N95 au coût de Rs 5 millions.

Quant à la quincaillerie Kammal Trading Company Ltd, elle a obtenu trois contrats de Rs 13 millions pour l'approvisionnement de gel hydro-alcoolique, de masques et de combinaisons de protection. La compagnie espagnole Pack & Blister a, elle, obtenu un contrat de Rs 476 millions pour l'approvisionnement de respirateurs artificiels et de masques.

L'agence de publicité Bo Digital Co. Ltd a raflé cinq contrats de Rs 308 585 400 pour l'approvisionnement de caméras thermiques, de deux millions de masques, de combinaisons microporeuses, et de lunettes de protection jetables, entre autres.

L'ICAC essaie d'étoffer les preuves dans ce dossier de fraude et de corruption alléguées. Les fournisseurs seront appelés, dans les jours à venir, à fournir des explications sur l'obtention de leurs contrats. Les fonctionnaires et techniciens du ministère de la Santé seront aussi interrogés quant à l'allocation desdits contrats. Des arrestations ne sont pas à écarter.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.